L’essentiel sur les marchés (9 janvier 2019)

Visa expert
paul busy
Par Paul Buzy
Le 09/01/2019

L’article « L’essentiel sur les marchés (9 janvier 2019) » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

En résumé :

A l’heure où les épargnants s’interrogent sur les classes d’actifs ou les supports à privilégier pour 2019, les actions Europe et Américaines poursuivent concomitamment leurs baisses. Avec un bilan rempli d’incertitudes sur les marchés l’année dernière, certains investisseurs se mettent en quête de comprendre s’il s’agit d’une dégradation durable des conditions économiques et financières ou d’une simple correction des marchés.

Et si la guerre commerciale menée depuis plusieurs mois par Donald Trump n’est pas sans conséquences, le post Quantitative Easing annonce aussi la couleur.


Historiquement, les marchés n’anticipent pas un Krach

Pour un bon nombre d’économistes, le fait de s’interroger sur un krach présage que ce dernier ne se concrétisera pas. En fait, une crise se manifeste au moment où on ne l’attend pas. Historiquement, que ce soit pour les crises de 1929, 1987, 2000 ou encore 2008, les économistes n’avaient rien anticipé.

Traditionnellement, un krach boursier s’accompagne de la formation d’une bulle financière formée à la suite d’un fort enthousiasme de la part des investisseurs. Avec une année comme 2018, les économistes ne parlent pas de bulle puisque les marchés ont été très faibles. Si les marchés ont eu une période d’euphorie (taux bas, excellente année 2017), les investisseurs ont eux-mêmes présagé le pire et anticipé une récession. Ainsi, bien qu’il ne soit pas certain qu’une récession se mette en lumière, le fait de l’anticiper la cantonne.


Bataille commerciale

Etats-Unis versus Chine

Bien que les tensions politiques restent présentes en Europe, la bataille commerciale entre les Etats-Unis et la Chine demeure préoccupante. Les sanctions appliquées par le président Trump sur les importations chinoises pénalisent la Chine et atteignent aussi les entreprises américaines. À la suite du renchérissement des coûts de ses fournisseurs chinois, Apple a par exemple communiqué sur ses prévisions revues à la baisse. Bien que cette déclaration ait engendré une baisse de 7 % du titre de la marque à la pomme, elle a entraîné une dégringolade des semi-conducteurs, comme ST Microélectroniques ou Soitec.

Impact sur le marché des actions

Depuis la mi-juillet, les actions européennes ont chuté de 15 %. De manière plus brutale, les actions américaines ont chuté de 15 % depuis septembre. Dans un tel contexte, le dernier millésime boursier laisse aux épargnants une note salée. Dans ses prévisions, Donald Trump avait imaginé une politique fiscale avec pour ambition de doper le résultat des entreprises pour la plus grande bénédiction des porteurs de leurs actions. Mais en déclenchant une bataille commerciale d’envergure avec la Chine, le président des Etats-Unis a chamboulé la conjoncture économique mondiale.


Post Quantitative-Easing

Prévisions 2019

Après avoir augmenté son taux en décembre, la FED prévoirait au moins deux futures hausses pour l’année 2019. Ces interventions devraient logiquement avoir plusieurs conséquences. Le resserrement monétaire et la baisse de la politique des rachats d’actifs seront défavorables pour les pays émergents et demeureront favorables aux pays où l’incidence des hausses des taux directeurs a plus d’impact : Etats-Unis, Europe, Japon ou Royaume Unis.


Des taux toujours bas

Le contexte actuel devrait entraîner un maintien des taux bas : pas de reprise économique franche, une inflation encore très limitée et une politique toujours accommodante de la BCE (Banque Centrale Européenne) semblent aller dans ce sens.


Nos convictions

À la suite des différents comportements des marchés, il nous semble primordial de ne pas céder à la panique en vendant nos positions et ainsi encourager ce canal baissier ; en effet, l’irrationnel peut être un vecteur de baisse supplémentaire et surtout pas un catalyseur.

Cependant, cette volatilité a ouvert des fenêtres d’investissements qui doivent vous encourager à sortir des supports sans risque et profiter de ces points d’entrées sur des fonds actions et notamment de type « value » ou sur des fonds structurés. Il est probable que cette volatilité perdure encore, mais l’histoire nous a montré que les marchés sont parfois comme les enfants, ils peuvent s’exciter à l’approche de Noël, on parle alors d’un possible rallye de fin d’année.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Paul Buzy , Chef de projet patrimonial

Diplômé d’un Master en Gestion de Patrimoine et Immobilier à l’INSEEC, Paul BUZY rejoint l’équipe de Netinvestissement en 2018, après y avoir effectué son stage de fin d’études. Les différents postes qu’il a occupés précédemment dans des établissements bancaires le pousse finalement à opter pour l’indépendance et il fait le choix d’exercer le métier de chef de projet patrimonial au sein du cabinet le plus disruptif de la place.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides