Bourse : Londres et Francfort préparent une fusion

Visa expert

L’article « Bourse : Londres et Francfort préparent une fusion » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 29/02/2016

Les Bourses de Londres et Francfort, qui sont deux des principales places bousières au monde ont annoncé des négociations en cours pour un projet de fusion. L’information constitue un véritable retournement dans le monde de la finance.

Le London Stock Exchange (LSE) et son homologue allemand, Deutsche Börse (Bourse de Francfort), ont annoncé, le mardi 23 février, avoir entamé des discussions détaillées. Si la fusion a lieu, elle donnerait naissance à une plateforme boursière européenne de taille comparable à celle de certaines places américaines et asiatiques. Quels sont les tenants et aboutissants de cette annonce ? Quels en seraient les changements pour sur les marchés boursiers ?

Bourses de Londres et Francfort

Sur la voie de la fusion

Cette annonce surprise a stimulé les investisseurs. En effet, l'action du London Stock Exchange a bondie de 12,54% à 26,03 livres à la Bourse de Londres à 15h30, le mardi de l’annonce. Le titre de Deutsche Börse a grimpé, dans le même temps, de 4,61% à 79,86 euros à la Bourse de Francfort.

Le projet est une « fusion entre égaux », il s’agit d’une fusion réalisée entièrement par échanges d’actions, avec la création d’une nouvelle société. Les actionnaires de la Bourse de Londres détiendraient 45,6% de la nouvelle entité ceux de Deutsche Börse une majorité de 54,4%. Dans le respect des règles, sur les marchés britanniques, les deux plateformes boursières ont jusqu’au 22 mars pour conclure leur mariage officiellement.

Renforcement de l’implantation internationale

Les deux groupes ont assuré qu’un rapprochement leur permettrait d’augmenter leurs forces, en créant un groupe leader sur le Marché Boursier Européen. En dépit du rapprochement, ils conserveraient tout deux leurs marques phares. Ainsi leurs clients bénéficieraient d’une complémentarité de stratégies, services, et couvertures géographiques. Les seuls freins que nous observons aujourd’hui sont les différences culturelles, qui paraissent tout de même surmontables. De nombreux avantages sont déjà mis en avant quant à cette fusion. Notamment, la possibilité d’offrir plus simplement une gamme complète de services, au niveau mondial.

Conclusion

Ainsi, bien que ce ne soit pas la première tentative de fusion, de la part de la Bourse de Francfort, cette fois-ci le projet est très concret. En effet, nous assistons là à un projet « intra-européen », les groupes sont habilités à travailler ensemble, la fusion est donc plus facile à mener.

Après de nombreux partenariats entre la Bourse de Francfort et des opérateurs asiatiques, nous attendons maintenant, impatiemment, la décision finale le 22 mars pour confirmer cette union avec le London Stock Exchange.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides