Bourse : un trimestre en demi-teinte

Visa expert
ANAIS COURAUD AVATAR AUTEUR
Par Anais Couraud
Le 03/04/2018

L’article « Bourse : un trimestre en demi-teinte » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Alors que 2017 et ces neuf derniers trimestres (septembre 2015 à décembre 2017) ont connu d’excellents résultats en bourse au niveau mondial, les trois premiers mois de 2018 ont quant à eux subis quelques péripéties. Dans nos derniers articles portant sur la progression des bénéfices du CAC 40 en 2017 et sur la croissance du Nasdaq, nous avions évoqué le mini krach de février ayant trouvé son origine dans un mélange de phénomènes techniques et psychologiques. En effet, certains indices de référence n’ont pas été épargné et ont vécu leur pire trimestre depuis 2 ans. Comment expliquer ce recul des performances à échelle internationales ? Faut-il craindre l’avenir ou rester optimiste vis-à-vis des marchés financiers ?

Les origines de ce recul

Devant ce repli des différentes bourses européennes et mondiales, rappelons-nous que les derniers résultats actés ont pour certains été qualifiés d’exceptionnels, voire proche des records historiques pour quelques-uns.

Néanmoins, durant ce premier trimestre 2018, tous les indices en ont pris pour leur grade. Du côté des grandes actions chinoises, le FTSE China A50 présente une baisse de 4,2%. On constate le même scénario dans les pays européens, l'indice Stoxx Europe 600 affiche un recul de 4,7 % sur le trimestre, sa pire performance depuis début 2016. A noter que l'Europe a accumulé du retard sur Wall Street depuis deux ans. Au regard de ce trimestre, la résistance de la Bourse de Paris mérite d'être honorée avec une baisse de seulement 2,73 %.

En parallèle, l’indice qui s’est envolé est le Vix, « indice de la peur » de la part des investisseurs. Avec un bond de 118% accompagné de plusieurs incertitudes, on constate un niveau élevé de la volatilité pourtant au plus bas depuis novembre dernier.

Les raisons de cette clôture en nette baisse sont liées à un contexte toujours marqué par le malaise dû à la tension commerciale sur les produits technologiques appliquée par la Chine. En effet, Pékin a annoncé des droits de douane sur une série de marchandises américaines en réponse aux décisions protectionnistes/inflationnistes prises par Trump ces dernières semaines.

Toujours dans le domaine de la tech, on note une période mouvementée pour Amazon, le géant américain de la distribution qui a perdu plus de 24 milliards de dollars de capitalisation en deux jours. Heureusement, après une lourde chute, le titre s’est finalement repris pour terminer ces derniers jours mouvementés sur une baisse égale à 5,4 % (1445,96 dollars).

De plus, le cours des matières premières a aussi été troublé par les tensions géopolitiques qui viennent perturber le marché pétrolier (le Brent est au plus haut depuis novembre 2014 à 70 dollars le baril).

Conclusion

En réponse à notre question : faut-il être pessimiste à l’égard des marchés pour les mois à venir ? Les économistes évoquent un sentiment de marché positif vis-à-vis des actions européennes et internationales et envisagent une remontée des cours. Certes, à court terme le bilan est mitigé, néanmoins un investissement en bourse doit être basé sur du long terme pour essuyer les oscillations de marché comme celles-ci.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Anais Couraud , Conseillère en gestion de patrimoine

Après l’obtention d’un BTS Assurance en alternance à Groupama Gan Vie en tant que gestionnaire dans le Pôle Prévoyance, Anaïs ressort forte d’une première expérience dans le domaine de l’assurance de personnes. Par la suite, elle fait le choix de poursuivre ses études en Licence Professionnelle Métiers du Droit Privé à la Faculté de Bordeaux afin d’approfondir les connaissances juridiques et qu’elle a pu appréhender lors de son BTS. Grâce à ces 3 années dans le secteur de la protection de la personnes, Anaïs maitrise les différents produits assurantiels tels que la prévoyance, la santé, la retraite et l’assurance vie. Aujourd’hui, du fait de son intérêt pour les produits financiers et immobiliers, elle entreprend un Master en Gestion de Patrimoine et Marchés Immobiliers à l’INSEEC. Elle rejoint le groupe Net Investissement en 2017 à Bordeaux.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides