L’essentiel sur les marchés (06 février 2019)

Visa expert
paul avatar
Par Paul Buzy
Le 06/02/2019

L’article « L’essentiel sur les marchés (06 février 2019) » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

En résumé :

Il y a 4 ans, le CAC 40 a connu une phase de baisse marquante de l’ordre de 15 %. À cette époque, les inquiétudes tournaient autour de la Chine et de l’Europe et avaient pour principal générateur la croissance. Un an plus tard, après l’élection de Donald Trump à la Présidence des Etats-Unis, la croissance et le commerce international sont bien repartis à la hausse et ont offert un pic de croissance favorable et une année 2017 avantageuse aux investisseurs.

Si les investisseurs s’interrogent sur un scénario parallèle à celui de 2015, d’autres prédisent un scénario semblable à l’année 2008. Les interrogations concernent pourtant la croissance, qui retrace le contexte connu en 2015, mais s’en suivra-t-il des stimuli comme en 2016 ?


Présage-t’on une période de récession aux Etats-Unis cette année ?

Si la réserve fédérale américaine (FED) est dans le viseur des investisseurs, la politique monétaire menée doit toutefois demeurer accommodante jusqu’à cet été. Après cette période, bien que l’inflation demeure autour des 2 % initialement visés, la FED aura nécessité de durcir sa politique monétaire.

À la suite de l’abaissement des effets d’allègement fiscal mené par Donald Trump en 2018, le Congrès assure la relève et approuve une augmentation des dépenses initialement prévues. Reprise des investissements dans le secteur privé, équilibre du PIB (Produit Intérieur Brut), augmentations des salaires, soutien aux dépenses de consommation, tous les voyants sont au vert.

Cependant, derrière un contexte de guerre commerciale durable entre les Etats-Unis et la Chine, force est de constater que l’économie mondiale se délocalise vers la Chine et force naturellement les Etats-Unis à riposter en usant de toute leur puissance. Cette tension commerciale pèsera sans doute sur la croissance et pourrait contraindre la Fed à suspendre son cycle de resserrement, le temps de mesurer l’impact de cette lutte.


Quel impact la chine peut avoir sur l’économie mondiale cette année ?

À la suite du conflit commercial qu’elle affronte face aux Etats-Unis, la Chine a décidé de soutenir sa demande intérieure dans le but de maintenir son niveau de croissance et de diminuer l’impact des ripostes américaines. Si elle demeure un acteur très important de la croissance mondiale et notamment asiatique, la Chine pourrait connaître une diminution de son PIB cette année 2019 et ce, bien que depuis la fin de l’année 2017, l’importation de biens destinés à être assemblés puis réexportés progresse de façon fulgurante (+10 %). 

La Chine devrait rester un acteur majeur de la croissance mondiale en 2019, à condition que son PIB demeure au-dessus de 6 %.

Conclusion

Si l’année 2019 annonce un manque de visibilité majeur sur les marchés, les deux grands risques politiques pour la zone euro tourneront autour du sujet du "Brexit" et du renforcement du protectionnisme Outre-Atlantique.

Nos convictions :

Il nous semble primordial de ne pas céder à la panique en vendant nos positions et ainsi encourager le canal baissier subit en cette fin d’année 2018. Bien qu’il soit probable que la volatilité perdure pour l’année 2019, ce contexte a ouvert des fenêtres d’investissement qui doivent encourager les épargnants à sortir des supports sans risque et profiter de ces points d’entrées sur des fonds actions, notamment de type « value »,  ou sur des fonds structurés.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Paul Buzy , Chef de projet patrimonial

Diplômé d’un Master en Gestion de Patrimoine et Immobilier à l’INSEEC, Paul BUZY rejoint l’équipe de Netinvestissement en 2018, après y avoir effectué son stage de fin d’études. Les différents postes qu’il a occupés précédemment dans des établissements bancaires le pousse finalement à opter pour l’indépendance et il fait le choix d’exercer le métier de chef de projet patrimonial au sein du cabinet le plus disruptif de la place.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides