Arrivée de la Bourse des PME sur le marché

Visa expert

L’article « Arrivée de la Bourse des PME sur le marché » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 28/05/2013

Après de longues années d’attente et de nombreux rebondissements, la nouvelle filiale de NYSE Euronext dédiées aux petites et moyennes entreprises a officiellement été lancée jeudi dernier. Objectif : faciliter l’accès des PME et des ETI aux marchés financiers.

EnterNext

Un projet très attendu

Lancé par Christine Lagarde il y a trois ans, le projet a mis du temps à aboutir. Il y a encore quelques mois, les discussions étaient au point mort, mais fin avril, après l’intervention de François Hollande aux Assises de l’Entrepreneuriat, Nyse Euronext a enfin concrétisé son annonce : le dispositif dédié aux PME et aux ETI ( Entreprises de Taille Intermédiaires) baptisé « EnterNext » est opérationnel.


Le nom du Président-directeur général de cette nouvelle entité n’a pas encore été dévoilé mais on sait déjà qu’il a été recruté en externe et que son nom sera officiellement communiqué dès la fin de son mandat actuel. De même, les prévisions sur la répartition des ressources humaines et financières ne seront connues qu’après le premier conseil d’administration qui devrait avoir lieu fin juin /début juillet.

EnterNext

EnterNext est davantage un nouveau service proposé par NYSE Euronext qu’une nouvelle place boursière. D’après Dominique Cerutti, président du directoire d’Euronext, « elle est chargée d’aider les PME et les ETI à lever plus de capitaux sur les marchés, quelle qu’en soit la source ». Concrètement, elle a pour mission de concevoir et promouvoir sur le terrain l’ensemble des produits et services destinés aux PME et ETI (notamment en région), y compris les outils de financement autres que les actions (offre obligataire IBO, fonds).


EnterNext concerne pour le moment les 750 entreprises cotées sur le marché règlementé et sur la plate-forme de transaction Alternext dont la capitalisation boursière ne dépasse pas 1 milliard d’euros. A horizon 2016, l’objectif affiché est d’introduire en bourse 80 entreprises par an et de porter leur capitalisation à 12 milliards d’euros. Pour Dominique Cerutti, « le succès d’EnterNext sera mesuré par l’ampleur des capitaux levés par les PME ETI, tous instruments confondus ».

Les moyens


Depuis décembre dernier, pour les PME et les ETI, les frais de transaction ont été abaissés de 50% et les frais d’introduction en bourse de 10%. NyseEuronext a également investi 18 millions d’euros ce qui représente 15% de plus que l’an dernier (à peine 3 millions d’euros supplémentaires). En réalité, la principale nouveauté réside dans le déploiement d’une force commerciale de terrain. Les deux tiers de l’effectif (20 personnes à court terme) seront en effet affectés en région au plus près des entreprises, notamment à Marseille, Nantes, Lyon, Bordeaux et Strasbourg.

Afin de donner plus d’importance aux différents acteurs du marché, EnterNext a été doté d’une gouvernance ouverte. Sur les 15 membres du conseil d’administration, 7 sont des administrateurs indépendants. « Ils n’ont pas la majorité, mais il faut espérer qu’au-delà de donner un simple avis d’expert, ils réussiront à faire entendre leur voix » souligne un observateur. Parmi ces 7 administrateurs figurent, le Président de l’AFIC Louis Godron, le Président de la GCPME Jean-François Roubaud ou encore Charles Beigbeder le président de Gravitation.

Conclusion

Même si les moyens sont jugés très limités par de nombreux acteurs, le lancement de ce nouveau dispositif va dans le bon sens. Cependant, l’avenir de cette nouvelle plate-forme est suspendu à celui de sa maison mère NyseEuronext qui est en cours de rachat par la Bourse américaine ICE. Cette dernière a déjà fait part de son intention de céder ou d’introduire en bourse les activités européennes du groupe.

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr. Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides