Focus Marchés (05/12/2018)

Visa expert
Franck Fargerelle avatar auteur
Par Franck Fargerelle
Le 04/12/2018

L’article « Focus Marchés (05/12/2018) » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Depuis quelques semaines, les investisseurs se préoccupent de deux phénomènes sensibles sur les marchés. D’une part, ils craignent que le ralentissement en zone euro se mondialise, d’autre part, ils redoutent une disparition de la liquidité en cette fin de période de Quantitative Easing (« assouplissement quantitatif » qui désigne un instrument particulier de politique monétaire dont disposent les banques centrales pour influencer le coût du crédit et agir ainsi sur l’inflation et la croissance).

Dans une phase où certaines banques centrales ont entamé leur cycle de resserrement monétaire, tous les actifs illiquides ont vu leur valorisation sévèrement attaquée : crédit, émergents, petites & moyennes capitalisations… Les actifs les plus liquides (obligations souveraines de qualité supérieure) ont été perçus comme des forces de rappel, et le yen et l'or ont également servi de refuges temporaires.

Cette semaine sur les marchés

Ces derniers jours, le prix des actions américaines et européennes a encore diminué. La montée du protectionnisme, la guerre économique et la diminution des échanges commerciaux pèse lourd sur la croissance mondiale. Les niveaux atteints sont désormais comparables à ceux du mois d’octobre, période d’élections de mi-mandat. Globalement, la santé de l'économie mondiale reste en amélioration mais l'activité en Europe et en Chine se détériore. Aux USA, l'activité continue de s'améliorer aussi bien sur le marché de l'emploi que sur l'activité industrielle.

À l’instar de l’Arabie Saoudite qui produit le maximum de pétrole possible, la Russie souhaite sortir de son marasme économique en optimisant également sa production. Ainsi, dans un tel contexte, l’augmentation de la production de pétrole et les mauvaises estimations de la croissance mondiale impactent directement le prix du baril de pétrole qui voit son cours baisser. Cette diminution de prix impacte les obligations d'entreprise dites « High Yield » (à haut rendement) et les « Investment Grade » (bien notées).

Conclusion

Ayant presque tous les indicateurs au vert, les Etats-Unis présentent de bonnes perspectives de croissance à court terme. Si l’intervention fiscale de Donald Trump a eu de bonnes conséquences sur l’emploi et les salaires, elle a œuvré dans un cycle où l’économie américaine se portait déjà bien. En revanche, sur une période plus longue (horizon 6 mois), la hausse progressive des taux qui affecte déjà l’immobilier soulève de nombreuses incertitudes à venir. En Europe à l’inverse, la situation actuelle présente de nombreuses incertitudes (Italie, Brexit etc.) mais les perspectives futures sont bonnes. En France par exemple, la baisse des charges sociales et la suppression progressive de la taxe d’habitation impactent incontestablement la consommation. En Allemagne, la croissance s’accélère et l’économie se porte toujours bien même s’il est important de surveiller une éventuelle surchauffe outre-Rhin.

Nos convictions

À la suite des différents comportements des marchés, il nous semble primordial de ne pas céder à la panique en vendant nos positions et ainsi encourager ce canal baissier; en effet, l’irrationnel peut être un vecteur de baisse supplémentaire et surtout pas un catalyseur.

Cependant, cette volatilité a ouvert des fenêtres d’investissements qui doivent vous encourager à sortir des supports sans risque et profiter de ces points d’entrées sur des fonds actions et notamment de type « value » ou sur des fonds structurés. Il est probable que cette volatilité perdure encore, mais l’histoire nous a montré que les marchés sont parfois comme les enfants, ils peuvent s’exciter à l’approche de Noël, on parle alors d’un possible rallye de fin d’année.

À propos de l'auteur

Franck Fargerelle , Directeur Stratégie entreprise

Franck Fargerelle débute sa carrière dans le secteur immobilier à la fin des années 90. En 2000, il intègre la Banque Cortal Consors en tant que conseiller financier avant d’occuper le poste de Directeur Commercial. En 2006, il intègre Fidelity AM, la plus importante société de gestion de fonds indépendante au monde où il y entre en tant que Directeur Associé sur le marché Français spécialisé dans la distribution de fonds d’investissements. En parallèle, Franck est également chargé d’enseignement à Science-politique. Après 10 ans passés chez Fidelity il décide de rejoindre Netinvestissement en s’y associant afin d’y créer l’entité Corporate par le biais de Netinvestissement Entreprise.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides