Focus marchés (21/02/2018)

Visa expert
Franck Fargerelle avatar auteur
Par Franck Fargerelle
Le 21/02/2018

L’article « Focus marchés (21/02/2018) » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Marchés Boursiers / Décryptage

• Si les principales places boursières mondiales ont confirmé en ce début d’année la reprise de la croissance mondiale entamée en 2017, celles-ci ont été confrontées ces dernières semaines à un brutal revirement de tendance. Ce revirement ayant pour principale origine un regain marqué des niveaux de volatilité et ce malgré la confirmation de bons indicateurs macroéconomiques.

• Outre Atlantique, indépendamment des données positives publiées en ce début d’année et de l’adoption de la nouvelle réforme fiscale portée par Donald Trump, les investisseurs mondiaux continuent d’anticiper l’entrée en fin de cycle de l’économie Américaine. La hausse des perspectives d’inflation ayant également accentué la volonté de la Banque Centrale Américaine (FED) de concrétiser le durcissement de sa politique monétaire. Cette dernière prendra la forme de quatre remontées progressives des taux au cours de l’année 2018.

• Du côté du Vieux Continent, les investisseurs assistent à un renforcement de la tendance haussière au sein de la zone euro sur fond d’un fort recul du taux de chômage, de reprise du marché du travail et de renforcement de la confiance des investisseurs. En dépit de la solidité de ces indicateurs économiques, les investisseurs continuent de plaider en faveur d’un maintien de la politique monétaire accommodante menée par la BCE. Cette dernière ayant annoncé sa volonté de réduire progressivement le montant de ses rachats d’actifs mensuels (Quantitave Easing).

• Si la confiance des investisseurs reste soutenue par l’absence de risques politiques et/ou économiques systémiques au cours des prochains mois, leur attention reste tout de même focalisée sur les élections Italiennes prévues pour le mois de Mars. Ces derniers craignent que l’issue de ces élections influe sur les perspectives de réformes structurelles. Cette incertitude n’ayant qu’un impact très limité sur la confiance des investisseurs dans l’avenir de la zone euro.

• L’amélioration des perspectives de la croissance mondiale ont également eu un impact important sur le secteur des matières premières et par prolongement sur les marchés émergents. La hausse du prix des matières premières consécutive à la hausse de la demande mondiale a été largement profitable aux principales économies émergentes exportatrices. Cette amélioration des perspectives de performance se matérialise notamment par la bonne santé des entreprises associée à une hausse de la croissance du PIB.

• De son côté, l’économie chinoise continue, quant à elle, de profiter largement de l’amélioration de la croissance mondiale et parvient progressivement à un rééquilibrage entre production et consommation à l’instar des États-Unis et de l’Europe.

• La confirmation du revirement de tendance opéré courant 2017 a également eu un impact positif sur l’économie Japonaise où l’on constate une reprise marquée de l’inflation et de la croissance économique.

Nos convictions

• Du côté de notre allocation géographique, nous continuons de privilégier une approche flexible et diversifiée avec une surpondération pour les actions européennes.

• Malgré la forte revalorisation du marché action européen au cours des derniers mois, l’Europe est encore loin d’avoir retrouvé ses niveaux d’avant la crise de 2008 et continue par conséquent de revêtir un fort potentiel de performance. Parmi les secteurs et entreprises privilégiés, la part large est donnée aux entreprises de petites et moyennes capitalisations situées dans des marchés de niche.

• Si l’amélioration de l’économie américaine au cours de ces derniers mois plaide en faveur d’un renforcement d’une hausse de l’inflation et par conséquent d’une accélération de la volonté de la FED de procéder à un durcissement de la politique monétaire, nous maintenons nos positions sur le marché américain. Malgré des niveaux de valorisation élevés, les actions américaines bénéficient d’un fort potentiel de rendement. Ce potentiel repose pour l’essentiel sur la hausse des perspectives de croissance mondiale et des perspectives des résultats d’entreprises.

• Nous avons également procédé à un renforcement de nos positions émergentes. La hausse de la demande mondiale, née de l’amélioration généralisée de la croissance, a impacté favorablement les économies émergentes. Ce constat ne faisant que renforcer le potentiel de rendement revêtu par les économies émergentes si la tendance vient à se confirmer.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Franck Fargerelle , Directeur Stratégie entreprise

Franck Fargerelle débute sa carrière dans le secteur immobilier à la fin des années 90. En 2000, il intègre la Banque Cortal Consors en tant que conseiller financier avant d’occuper le poste de Directeur Commercial. En 2006, il intègre Fidelity AM, la plus importante société de gestion de fonds indépendante au monde où il y entre en tant que Directeur Associé sur le marché Français spécialisé dans la distribution de fonds d’investissements. En parallèle, Franck est également chargé d’enseignement à Science-politique. Après 10 ans passés chez Fidelity il décide de rejoindre Netinvestissement en s’y associant afin d’y créer l’entité Corporate par le biais de Netinvestissement Entreprise.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides