Focus marchés (30/05/2018)

Visa expert
Franck Fargerelle avatar auteur
Par Franck Fargerelle
Le 30/05/2018

L’article « Focus marchés (30/05/2018) » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Marchés Boursiers / Décryptage

• Enregistrant une hausse moyenne de l’ordre de 1%, les dernières semaines témoignent d’une reprise générale des indices boursiers internationaux. Bien qu’elles demeurent disparates d’un indice à l’autre, les valeurs européennes réalisent un rebond globalement plus fort que les valeurs américaines.

• Aux Etats-Unis, la productivité trimestrielle récemment annoncée est inférieure aux prévisions espérées. Si la création de postes est décevante (à l’illustration des emplois non-agricoles qui forment 164 000 postes contre 192 000 attendus), le niveau de chômage enregistré est à son plus bas niveau ces 18 dernières années. L’ingrédient phare et très attendu est lié à la réforme fiscale conduite par le président Trump puisqu’elle devrait venir impacter le résultat futur des entreprises. Déjà très soutenue par les investisseurs, la progression du nombre d’emplois et l’évolution des salaires sur le mois d’avril rassurent les marchés et permettent à la bourse de Wall Street de stimuler son indice à la hausse.

• La Banque Centrale dit s’attendre à ce que l’inflation tourne autour de 2%. Afin d’éviter une surchauffe, la Fed déclare que la hausse des taux sera proprement régulée malgré l’augmentation des prix.

• En Europe ces derniers jours, la bourse évolue faiblement (+0,3% à Londres, +0,2% à Paris, -0,2% à Francfort) et c’est le secteur bancaire qui est montré du doigt. Souvent tenus responsables, les établissements de crédit récemment impactés par la chute du rendement des obligations souveraines répercutent leurs virus sur l’Europe par un ralentissement chiffré à -0,65%. Concernant les perspectives, elles sont tout de même favorables puisque les actions devraient prochainement s’illustrer à travers de solides résultats de la part des entreprises européennes.

• En Italie, les évènements du week-end dernier à Rome ont quasiment lessivé toute perspective de poursuite concernant la coalition entre les deux partis populistes italiens. Si elle pouvait gravement compromettre l’avenir de l’Italie au sein de la Zone Euro, cette alliance qui représentait une solide menace économique n’est désormais plus d’actualité. Sur les marchés, les dislocations actuelles s’avéreront de très bons points d’entrée, notamment dans les BTP (titres de dettes italiens) offrant désormais un rendement net d’inflation supérieur à 4%.

• En France, la stabilité de l’euro face au dollar et la faible répercussion du marché américain concernant la publication mitigée sur l’emploi confirment l’enjambée du CAC 40 qui dépasse désormais la barre des 5 500 points.

• Dans la zone euro, l’inflation s’est dépréciée de manière inattendue en raison d’un ralentissement de la hausse des prix des services en avril. Ne se dirige pas vers l’objectif des 2% d’inflation fixés par la BCE pour l’année 2018, seule la hausse du prix des produits a augmentée.

• Concernant les taux, la hausse redoutée des emprunts sur le mois de mai est désormais écartée. Par ailleurs, ces taux pourraient prochainement remonter plus vite que ce que les marchés anticipent sur les prochaines années. Après l’épisode Euro-Dollar et l’annonce des résultats de la part des États-Unis sur l’emploi, le calendrier macroéconomique se tourne de très près vers la crise italienne et son retentissement sur les marchés financiers.

Nos convictions

• En matière d’allocations, nous conservons notre stratégie de pondération majoritairement basée sur les marchés européens accompagnée d’un ménagement prudent mais toujours divergeant sur les marchés émergents.

• Toujours convaincu par les fonds thématiques porteurs, nous conservons dans nos portefeuilles ces fonds toujours prometteurs dans le but de traverser les périodes de volatilité importantes avec une certaine régularité. Restant attentifs aux opportunités « Value » et particulièrement en Europe, nous privilégions une approche flexible dans nos portefeuilles équilibrés et prudents.

• Nous recommandons de ne pas effectuer de mouvements brutaux dans le contexte actuel et de rester pondérés sur l’ensemble des marchés de la planète, y compris sur les marchés américains et les marchés obligataires pourtant peu lisibles ces derniers mois. La diversification et la différenciation seront plus que jamais nos meilleurs atouts pour assurer une gestion stable dans le temps.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Franck Fargerelle , Directeur Stratégie entreprise

Franck Fargerelle débute sa carrière dans le secteur immobilier à la fin des années 90. En 2000, il intègre la Banque Cortal Consors en tant que conseiller financier avant d’occuper le poste de Directeur Commercial. En 2006, il intègre Fidelity AM, la plus importante société de gestion de fonds indépendante au monde où il y entre en tant que Directeur Associé sur le marché Français spécialisé dans la distribution de fonds d’investissements. En parallèle, Franck est également chargé d’enseignement à Science-politique. Après 10 ans passés chez Fidelity il décide de rejoindre Netinvestissement en s’y associant afin d’y créer l’entité Corporate par le biais de Netinvestissement Entreprise.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides