Période volatile : investissez dans des sociétés non cotées

Visa expert
paul busy
Par Paul Buzy
Le 22/01/2019

L’article « Période volatile : investissez dans des sociétés non cotées » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

En période d’incertitude sur les marchés financiers, l’investissement dans les entreprises non cotées est une bonne alternative pour les épargnants ayant notamment des convictions décorrélés du monde de la bourse. A travers cette solution, un investisseur peut ainsi consacrer directement une partie de ses capitaux dans une opération de développement ou de rachat de sociétés ayant un besoin de croissance.

En contrepartie du risque lié à l’investissement et à la mobilisation de l’épargne investie, l’épargnant peut espérer un rendement potentiellement très intéressant. Investi dans l’économie réelle décotée, le capital investissement présente aussi un avantage fiscal attrayant et permet à un épargnant de placer son argent du fait de ses convictions et de ses centres d’intérêt.

Comme dans toutes classes d’actifs, le private equity présente un risque de perte en capital, ce qui justifie son potentiel de gain.

Pourquoi est-ce le moment ?

Parce qu’en période de volatilité, il est plus difficile de mesurer le potentiel de performance offert par le marché traditionnel des sociétés cotées. Si le potentiel de performance du private equity est lui aussi difficilement mesurable, il présente tout de même une alternative comparable aux marchés financiers.

Pour un investisseur détenant un certain nombre d’actifs financier côtés, le private equity offre une diversification supplémentaire et élargie de son patrimoine global. Pour un épargnant plus averti à la volatilité présente sur les marchés financiers, cette solution est une alternative distincte dont le risque ne dépend plus des mêmes facteurs et dont le potentiel de rendement attendu demeure favorable.

En période d’incertitude et de volatilité sur les marchés financiers, un investisseur peut investir sur des actions en se positionnant sur un marché qu’il espère porteur. Si cette solution ne lui convient pas, il peut se tourner vers le financement de l’économie réelle non coté. Dans une optique de diversification, il peut aussi opter pour ces deux solutions.

Pourquoi suivre ce conseil ?

Parce que cette solution d’investissement est pleine de valeurs ajoutées. En suivant ce conseil, l’investisseur bénéficie de la compétence des gérants de private equity et de leurs capacités à redresser ou développer le potentiel de croissance d’une entreprise. Ainsi, en fonction de la qualité du projet, les entreprises pourraient aboutir à des performances attendues élevées

Comme vu précédemment, opter pour cette catégorie d’investissement permet de créer de la valeur ajoutée bien diversifié sur l’ensemble de l’économie. En fonction de son profil de risque, l’investisseur pourra ainsi se tourner vers des solutions très risquées (capital risque) ou moins risquées (capital développement) qui dépendent globalement du cycle de vie et de l’historique de l’entreprise sur son marché.

Conclusion

Orientés vers le financement et le développement des entreprises, ces dispositifs fiscalement avantageux assurent à l’investisseur une mutualisation du risque tout en libérant ce dernier de toute contrainte de gestion. La sélection du fonds et du gestionnaire demeure pour ce genre d’opération le facteur de performance le plus important.

Ainsi, afin d’assurer la pérennité de son investissement, plusieurs critères sont à prendre en considération comme l’importance de privilégier les sociétés de gestion détenant de nombreuses années d’expérience à leur actif ou encore celles bénéficiant d’une notoriété reconnue dans ce domaine.

À propos de l'auteur

Paul Buzy , Chef de projet patrimonial

Diplômé d’un Master en Gestion de Patrimoine et Immobilier à l’INSEEC, Paul BUZY rejoint l’équipe de Netinvestissement en 2018, après y avoir effectué son stage de fin d’études. Les différents postes qu’il a occupés précédemment dans des établissements bancaires le pousse finalement à opter pour l’indépendance et il fait le choix d’exercer le métier de chef de projet patrimonial au sein du cabinet le plus disruptif de la place.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides