Les SMALL CAP commencent l’année en trombe !

Visa expert

L’article « Les SMALL CAP commencent l’année en trombe ! » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 29/01/2014

Alors que l’indice parisien de référence CAC 40, qui regroupe les 40 sociétés françaises cotées les plus importantes (en terme de capitalisation) n’affiche qu’un gain de 1% depuis le 1er janvier 2014, les indices des valeurs de petites et moyennes capitalisations semblent entamer cette nouvelle année sur les chapeaux de roue. En effet, le Mid & Small 190 progresse de 3,1% et le Small 90 de 7,5% sur la même période. Cette surperformance n’est pas nouvelle puisque les petites capitalisations ont distribués des rendements supérieurs aux « Grandes » ces 10 dernières années.

bourse4

Des secteurs innovants

Première raison pour expliquer la bonne performance des petites et moyennes capitalisations, la majorité d’entre elles se développent sur des marchés innovants (technologies, télécom etc.) ou de spécialités. Ces entreprises ont souvent développé un savoir-faire de niche dans lequel elles excellent et qui en font des acteurs incontournables d’une chaine de production ou de services, et ce malgré leur taille réduite.

Des dirigeants actifs

Les petites entreprises ont également un atout de plus en plus privilégié par les investisseurs : les dirigeants. Ceux-ci, très présents « sur le terrain » ont les yeux rivés sur leurs marges d’exploitation et leur carnet de commandes. Souvent acteurs directs des échanges commerciaux, ils maîtrisent plus aisément les variations de leurs marchés et pilotent avec plus de facilité leur entité et leurs ressources humaines.

L’engouement du PEA-PME

Nous en avions parlé en fin d’année (cf " Le PEA PME nouveau placement défiscalisé pour 2014"), le PEA-PME a été lancé le 1er janvier 2014 à grand renfort de communication dans les médias, tant de la part des pouvoirs publics que des acteurs financiers qui les distribuent. Les gérants de fonds éligibles à ce nouveau PEA ont calibré leur véhicule sur les petites et moyennes valeurs, sortant de leur portefeuille en fin d’année 2013 les plus grosses capitalisations, ou celles qui n’entraient pas dans le spectre du PEA-PME (voir critères). Cet effet d’aubaine mécanique a clairement entrainé à la hausse les small et mid cap qui ont été soudainement mises en lumière.

Conclusion

Le marché des petites et moyennes capitalisations, cotées ou non d’ailleurs, reste un marché à étudier avec prudence, en particulier pour l’investisseur profane. En effet, ces valeurs nécessitent des appréciations comptables précises (comptes d’exploitation, bilan, endettement etc.) et restent plus exposées aux fortes variations de marché. Elles offrent en revanche de belles perspectives à court terme, surtout pour les nouvelles valeurs technologiques. Enfin, elles représentent souvent le tissu économique qui entoure l’investisseur et intègre à ce titre un aspect plus responsable dans son choix d’épargne.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides