Mario Draghi et son QE euphorise le CAC 40

Visa expert

L’article « Mario Draghi et son QE euphorise le CAC 40 » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 16/03/2015

Annoncé le 22 Janvier 2014 et détaillé jeudi 5 mars, le programme de Quantitative Easing (QE) débute ce lundi 9 mars 2014. Ce programme aura pour objectif le rachat de dette publique en supplément des crédits titrisés (ABS) et obligations sécurisées que le Banque Centrale Européenne (BCE) achète depuis l’automne. Ce seront 60 milliards d’euros par mois qui seront injectés dans l’économie jusqu’en septembre 2016, ou plus si nécessaire. Cette décision a eu une influence directe sur notre marché boursier. Le résultat de cette annonce ? Un CAC40 qui frôle la frénésie et atteint son niveau le plus haut depuis le 3 juin 2008 à 4 963.51 points. La BCE est-elle seule responsable de cet effet « booster » sur la bourse de Paris ?

bourse2

Un CAC 40 en grande forme

Le marché boursier parisien, depuis l’annonce de ces achats, continue son envol après un décollage soudain et rapide. Depuis fin Janvier le CAC 40 bondit de 14% et atteint de forte valorisation. (+36% par rapport au PER moyen historique depuis 2003). Rappelons que le PER est le Price Earning Ratio. Cet indicateur boursier permet d’évaluer le coût d’une action. C’est le rapport entre le cours d’une action et son bénéfice net par action. Le QE a donc joué un rôle déterminant dans l’attitude des investisseurs mais d’autres évènements viennent s’y additionner.

La BCE prévoit des chiffres de croissance positive

En ajout de son rachat pour un montant total estimé à 1 140 milliards d’euros, les prévisions de la BCE sur la croissance en zone euro pour 2015-2016 sont optimistes. Les estimations de progression de croissance sont revues à la hausse avec une augmentation de +1.5% en 2015 et +1.9% en 2016. Ces espoirs de « sortie de crise », en supplément du QE, instaurent un climat de confiance et d’optimisme dans l’esprit des investisseurs. Ce phénomène d’engouement n’est pas exclusivement parisien mais bien mondial. Aux Etats-Unis ces mesures et prévisions ont eu un impact positif sur les indices boursiers malgré une estimation du PIB (Produit Intérieur Brut) décevante et une légère faiblesse sur ces marchés. Le constat est le même pour le Japon.

La baisse de l’Euro face au Dollar

Une autre raison pourrait venir s’ajouter à l’envolée du CAC40 : la baisse de l’euro face au dollar. Pourquoi nos entreprises exportatrices y sont gagnantes ? Ces injections de liquidités de la part de la BCE ont fait pression sur les monnaies et notamment sur l’euro qui a reculé sous les 1.11 dollars, une première en onze ans et demi. Les entreprises exposées au dollar bénéficient donc de cette baisse de l’euro. Le handicap d’un euro fort pour les entreprises françaises n’est plus d’actualité. Ces entreprises exposées au Dollar profitent maintenant de l’effet devises pour réaliser une hausse des bénéfices et des ventes. Les profits seront présents en 2015 si le vent ne tourne pas.

Une tendance à la hausse partout en Europe

La BCE et ses mesures ont considérablement influencé le marché de la bourse mondiale et de ses investisseurs. Les taux d’intérêt à long terme très bas dû à l’ouverture des vannes de la BCE, incitent les investisseurs à se tourner sur des actifs plus performants comme les actions et délaissant les obligations. Ajouter à ces évènements et aux prévisions optimistes sur la croissance, la progression de la plupart des indices boursiers, notamment celui du CAC40, affichent une progression à deux chiffres depuis la mi-janvier 2015. Il est nécessaire de préciser que ces tendances haussières ont été remarqué sur l’ensemble des pays de l’Europe. L’indice boursier allemand (DAX Xtra) par exemple, a actuellement une variation sur 3 mois à +18.26%. L’Italie avec le FTSE MIB Index enregistre en 2 mois une hausse de 24% et une variation sur 3 mois de +14.95% (A hauteur du CAC40). Le Royaume-Uni fait moins bien que ces voisins avec un FTSE 100 avec une variation à +5.31% en trois mois.

Conclusion

Le train a donc bel et bien été lancé sur les rails de la performance boursière. Il est toujours possible de le prendre en court de route mais la machine à très grande vitesse pourrait bien s’essouffler. Le prochain arrêt déterminant pour les places financières ne se fera qu’en milieu d’année 2016. A cette période, la BCE saura si elle reconduit le QE à quelques années supplémentaires ou non. Il est important de souligner que les actions sont des investissements à forte volatilité. Votre aversion au risque doit être mesurée selon votre profil investisseur. Seul un professionnel de la finance pourra faire son estimation. Le CAC 40 est dans sa période glorieuse mais les investisseurs doivent rester vigilants et surtout lucides sur le fait que les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides