Focus Marchés (06/04/2016)

Visa expert

L’article « Focus Marchés (06/04/2016) » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Adrien Dumarty - le 06/04/2016

Marchés boursiers / Décryptage

L’année 2016 a ouvert sur un premier trimestre inédit caractérisé par un regain de volatilité sur l’ensemble des places boursières et des réactions parfois disproportionnées traduisant le manque cruel de visibilité des investisseurs confrontés à un univers de données jusqu’ici méconnu. Cette entrée des marchés dans un nouveau cycle économique s’est notamment matérialisée par une remise en cause des fondamentaux économiques mondiaux.

Face à cet environnement changeant rendant difficile l’appréhension à court terme du comportement des marchés, les investisseurs ont du faire preuve de patience et de calme. Calme qui n’a pas toujours été au rendez-vous.

Du côté des pays développés, les deux premiers mois de l’année 2016 ont été marqués par une persistance du risque déflationniste aux Etats Unis et en Europe. Si les Banques Centrales ont su rapidement inverser la tendance courant du mois de Mars en adaptant leurs politiques monétaires au contexte économique environnant (manque d’inflation, ralentissement de la consommation, risque bancaire, chute du pétrole), elle reste néanmoins fragile et corrélée aux actions de ces dernières.

Bonne surprise pour les pays émergents dont la situation économique semble progressivement s’améliorer malgré une corrélation toujours présente de ces économies aux marchés des matières premières et à l’évolution de la devise Américaine. Le Brésil a su notamment sortir son épingle du jeu en réduisant ses importations et en augmentant ses exportations ce qui a permis de réinjecter des liquidités dans son économie nationale.

Marchés boursiers / Décryptage

Nos convictions

Prudence et diversification sont les maîtres mots pour appréhender de manière efficiente ce deuxième trimestre 2016 qui va s’avérer des plus techniques. Compte tenu des enjeux politiques et économiques tant sur le front européen qu’américain il est de bonne augure de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier et de prendre des positions longues avec des stratégies d’investissement définies en amont.

Dans l’attente d’un rebond durable des marchés nous conseillons d’opter pour une combinaison d’actifs appartenant à des univers différents (actions, obligations, taux, devises). Les actifs obligataires assurant une bonne couverture du portefeuille financier au risque dans des phases de forte volatilité.

Au sein des actifs risqués, la prédominance sera donnée aux actions européennes. Malgré les incertitudes persistantes (risque de Brexit, réappréciation de la monnaie unique face au dollar), l’Europe continue d’afficher une performance positive (+1,4%), ainsi qu’une hausse des perspectives de croissance des entreprises européennes et une amélioration des indicateurs de confiance des investisseurs.

L’écart de tendance entre les Etats Unis et l’Europe n’est que de courte durée, une convergence devrait de nouveau se faire sentir à l’issue de la prochaine réunion de l’OPEP prévue pour la mi-Avril.

En dépit de la stabilisation plus prononcée des valeurs américaines, celle-ci n’en demeure pas moins temporaire. Et pour cause, la dépendance de son évolution à la politique monétaire de la Réserve Fédérale Américaine dont la trop grande prudence quant à son durcissement pourrait finir par impacter la confiance des investisseurs.

La concrétisation d’une hausse des taux sera de nature à entrainer une phase de correction des marchés Américains, et ce indépendamment de la normalisation de l’économie (Rebond de l’emploi, retour progressif de l’inflation).

Un repositionnement sur des valeurs émergentes peut également être envisageable à condition d’affecter qu’une proportion minime de son allocation à cette classe d’actifs et en se focalisant sur des secteurs jouissant d’une bonne visibilité et en privilégiant des entreprises de grande capitalisation.

À propos de l'auteur

Adrien Dumarty , Responsable Allocation financière

Diplômé d’une licence de droit et d’un master de gestion de patrimoine de l’université de Bordeaux, Adrien Dumarty rejoint dès la fin de ses études le cabinet Bordelais du groupe Wast and Van. La formation qu’il reçoit et son sens de l’entreprenariat le conduisent rapidement à prolonger sa collaboration avec le groupe en qualité d’analyste financier. La qualité de son travail et de son expertise l’amène à évoluer rapidement vers le poste de responsable Middle Office de la division Finance du Groupe pour les cabinets et pour le site Netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides