Pourquoi la Chine affole-t-elle les investisseurs ?

Visa expert

L’article « Pourquoi la Chine affole-t-elle les investisseurs ? » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 19/01/2016

Jeudi 7 janvier, à travers le monde, l’ensemble des investisseurs a eu droit à 15 minutes d’échanges avant l’arrêt pour la journée de la bourse de Chine, suite à une chute de plus de 7%. La Chine continue dans sa descente depuis le l’ouverture des places boursières. C’est une nouvelles fois la dégringolade qui s’est propagée, comme lundi dernier à l’ensemble des marchés mondiaux.

En moins d’une semaine, les investisseurs ont retiré 2 500 milliards de dollars des marchés d’actions pour les reporter sur des valeurs refuges comme l'or. Ces fluctuations ont causés par exemple la fermeture de la bourse de Paris à - 1,72 % et toutes les places boursières mondiales ont eu la même inquiétude. Quelles sont les raisons de cet effondrement Chinois ? Comment l’expliquer ?

bourse4

La dévaluation du Yuan

Pour la huitième fois consécutive depuis l'été dernier, la Chine a dévalué sa monnaie. Comme la croissance du pays est ralentie, tout est fait pour booster les exportations avec un yuan moins cher.

Cette dévaluation a provoqué une nouvelle chute du marché des actions chinois ainsi qu'un recul prononcé de l'ensemble des Bourses asiatiques. Si la dépréciation du yuan se poursuit, les autres pays asiatiques seront sous pression pour dévaluer leurs propres monnaies afin de rester compétitifs par rapport à la gigantesque machine à exporter qu'est la Chine. Il est important de noter que le Yuan s’est déprécié de 1,5% depuis le début de l’année 2016, après 4,7% en 2015.

La Chine continue de développer l’internationalisation de sa monnaie mais peine a limiter la baisse du Yuan, un phénomène source de sortie de capitaux du pays.

Le risque géopolitique

L’affaiblissement du Yuan inflige des pressions déflationnistes au reste du monde. Certes, dans un premier temps tout le monde bénéficie d’un pouvoir d’achat plus intéressant mais qui, à plus long terme, incite les consommateurs à différer leurs achats dans l’attente de nouvelles baisses. De ce fait, les entreprises ralentiront leurs investissements.

Nous pouvons prendre un exemple parlant : le pétrole. Son cours a encore fondu jeudi, jusqu’à 33$ le baril pour le Brent. Ce cours qui devrait normalement augmenter, dans la mesure des tensions diplomatiques entre l’Arabie Saoudite et l’Iran. La baisse de jeudi a accentué la volatilité sur les marchés boursiers chinois, qui ont de nouveau reculé lourdement.

Conclusion

Ainsi, la Chine qui est la deuxième économie mondiale, mais aussi le premier consommateur d’énergie, de métaux et de céréales au monde a une place majeure dans les flux financiers mondiaux. Son état de santé conditionne donc en partie l’économie. La chute trop brutale de la bourse chinoise pourrait agir partiellement sur la reprise de la croissance mondiale. La crainte que les évènements de cet été se reproduisent est aujourd’hui bien présente. Le monde entier reste vigilant quant à la fréquence des chutes de la Bourse de Chine.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides