Taux négatifs de la dette et rendement des Sicav

Visa expert

L’article « Taux négatifs de la dette et rendement des Sicav » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 22/05/2013

Dès lors que l’on parle de taux négatifs de la dette la question que l’on peut se poser est : « Les investisseurs ont-ils perdu la tête ? ». Et à juste titre car cela signifie que lorsqu’un état emprunte à un taux négatif, cela signifie que les investisseurs acceptent de payer pour lui prêter de l'argent. En effet, il existe un club très fermé de pays qui empruntent pour se financer à des taux négatifs. Ce club très fermé compte la France, mais aussi l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, le Danemark. Le trésor français emprunte donc à des taux négatifs, ce qui est très bien pour l’état de nos finances générales, mais la conséquence est que cela impacte aussi la rentabilité des fonds monétaires des épargnants et en particuliers les Sicav monétaires.

SICAV monétaire

Qu’est-une qu’une Sicav monétaire

Une Sicav monétaire est une Sicav qui investit dans des obligations et des créances dont l'échéance est proche. On compte parmi ces investissements :

  • des bons du trésor
  • des billets de trésorerie des entreprises
  • des obligations proches de leur date de remboursement
  • des titres indexés sur les taux du marché monétaire


Ces Sicav sont dites monétaires car elles investissent un marché financier où les institutions financières (banques commerciales, assureurs, banques centrales, trésors des pays) font des placements ou des emprunts à court terme, c'est-à-dire à moins d'un an, souvent à trois mois. Le marché monétaire traite les liquidités de ces institutions.

En général, le risque des Sicav monétaires est plutôt faible, et leur rendement est déterminé par le niveau des taux d'intérêt.


C’est par conséquent la problématique des gérants de fonds monétaires (Sicav et autres fonds) qui doivent faire face à un dilemme dans la composition de leur portefeuille. Car ne posséder que des titres de ce club très fermé d’états auxquels les investisseurs prêtent à taux négatifs implique qu’ils sont confrontés à une rentabilité érodée de leur portefeuille d’actifs composant leur Sicav.


Les clients ayant des solutions de placement financiers intégrants ces sicav et ces fonds telles que les assurances-vie par exemple ont donc vu leur taux de rentabilité dégringoler !

Alors, quelles alternatives à ces fonds ?

Les alternatives aux fonds des Sicav et de leur très faible rendement est certainement dans des placements aux sous-jacents plus puissants. Les investisseurs particuliers qui recherchent une sécurisation de leur fonds et un rendement supérieur aux produits bancaires classiques doivent définitivement penser à réorienter leur épargne vers des placements aux fondamentaux solides et éprouvés.


Notons par exemple qu’avec une sécurisation optimale et un rendement élevé, jusqu’à 6% nets par an, les SCPI et les OPCI sont une alternative solide. Leur sous-jacent est l’immobilier de bureaux et de commerces, actifs pérennes et solides qui sont globalement décorrélés du risque de la bourse. Les OPCI sont à l’image des SCPI puisque principalement investis dans l’immobilier professionnel avec une composante d’actifs boursiers et financiers.

les alternatives aux fonds des SICAV

D’autres alternatives existent en matière de sécurisation de placement. Notons par exemple l’assurance-vie « hybride ». Qu’en est-il de cette forme d’assurance-vie qui n’investit plus dans les fonds euros, sicav monétaires et autres dettes d’état ? Ce placement « hybride » est caractérisé par un investissement dans le support pierre au travers justement de SCPI et OPCI, définies ci-dessus. La gestion de ce type de fonds au sein de l’assurance-vie a permis des rendements de 4,15% pour certaines en 2012 alors que les assurances-vie investies en fonds euro peinaient à produire au-delà de 3,5% de rendement.


Les fonds actions dans leur ensemble sont à l’heure actuelle un placement intéressant du fait de leur potentiel de rentabilité. Ils sont intégrables dans l’assurance-vie. Leur gestion conseillée et active est primordiale.


La liste des alternatives est exhaustive. Osons aussi évoquer des placements autrefois réservés aux connaisseurs et qui en terme de caractéristiques, permettent d’espérer plus de rendement au travers d’actifs réels et tangibles comme l’art, le vin et les métaux précieux.


En effet, investir dans une Sicav dont l’actif est investi dans les dettes de l’état français est une contribution très « patriote » mais peu rémunératrice in fine. Mais enfin, l’investissement dans l’Art vous permet également de contribuer à entretenir l’exception culturelle française ; quant aux Grands Crus, ils restent un sous-jacent non seulement prometteur mais qui parle à l’affectif des plus néophytes!

Conclusion

Les placements dans les Sicav monétaires sont sécurisés certes mais leur baisse de rendement est un élément qui doit être déclencheur pour rechercher des alternatives plus intéressantes, plus rémunératrices et peut-être moins exposées.

Ces alternatives, parfois originales, restent néanmoins des placements plus ou moins risqués et quoi nécessitent d’être étudiés et bien compris avant toute prise de décision. Il ne faut pas hésiter à solliciter un professionnel de la gestion de patrimoine pour les appréhender au mieux.

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides