37% des amendes liées aux subprimes pour les banques européennes

Visa expert

L’article « 37% des amendes liées aux subprimes pour les banques européennes » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Adrien Dumarty - le 13/03/2017

D’après les données du Boston Consulting Group, les pénalités appliquées aux banques ont atteint un niveau sans précédent depuis la crise des subprimes. 37% de ses sanctions ont été infligées aux banques européennes et les autorités américaines ont été les plus actives.

37% des amendes liées aux subprimes payées par les banques européennes

Les sanctions européennes et américaines

Dix ans après le début de la crise financière mondiale, qui avait débuté par l’effondrement du marché des « subprimes », les plus grandes institutions financières en souffrent encore. Fin décembre 2016, la Deutsche Bank a signé un accord avec les autorités américaines afin de réduire son amende à 7,2 milliards de dollars pour avoir vendu en connaissance de cause des crédits immobiliers toxiques, convertis en produits financiers entre 2006 et 2008. Initialement, le ministère de la Justice américain demandait 14 milliards de dollars ce qui avait alarmé les courtiers de la banque allemande. Le Crédit Suisse a également communiqué son amende qui s’éleverait à 5,3 milliards de dollars.

Les santions financières contre les banques s’éleveraient désormais à 321 milliards de dollars, avec pour 2016 prés de 42 milliards. D’après le rapport « Global banking risk », les banques européennes devront payer une amende globale de 118 milliards de dollars et les banques américaines écoperont du reste, soit plus de 200 milliards.

Des amendes liées aux subprimes mais pas seulement

Le BCG ne précise pas dans son rapport que toutes les amendes concernent la crise des subprimes, même si elle représente la majorité. Certaines amendes concernent les ruptures d’embargo comme l’amende de 8,9 milliards de dollars infligée à BNP Paribas, ou le scandale Libor-Euribor avec plus de 2 milliards d’euros pour Deutsche Bank.

Les régulateurs européens sont responsables de 6% de ses amendes tandis que les autorités américaines sont responsables de plus de la moitié, soit 179 milliards dollars.

Le solde provient des actions en justice des consommateurs floués pour environ 123 milliards de dollars. Cependant, d’après le BCG, la tendance peut progresser : « Les superviseurs européens et asiatiques devraient être de plus en plus actifs dans les années à venir ».

Conclusion

Malgré des pénalités jusqu’ici assez élevées, une plus grande clémence des Américains devrait voir le jour dans le prolongement des décisions du président Donald Trump. A noter cependant que ces amendes ne sont pas liées seulement aux subprimes mais également à d’autres contournements ou scandales qui marquent la vigilance accrue des régulateurs.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Adrien Dumarty , Responsable Allocation financière

Diplômé d’une licence de droit et d’un master de gestion de patrimoine de l’université de Bordeaux, Adrien Dumarty rejoint dès la fin de ses études le cabinet Bordelais du groupe Wast and Van. La formation qu’il reçoit et son sens de l’entreprenariat le conduisent rapidement à prolonger sa collaboration avec le groupe en qualité d’analyste financier. La qualité de son travail et de son expertise l’amène à évoluer rapidement vers le poste de responsable Middle Office de la division Finance du Groupe pour les cabinets et pour le site Netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides