Epargne des français : l'AMF veille

Visa expert

L’article « Epargne des français : l'AMF veille » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 05/10/2011

Le dernier rapport de l'Autorité des Marchés Financiers (l’AMF) alarme, bien qu’incapable de donner des chiffres précis. Chaque année, ce sont environ 4 000 épargnants qui sont touchés, soit deux fois plus qu’il y a 10 ans. L’AMF, qui veuille à la protection de l'épargnant en matière d'investissement financier et de démarchage, renvoie au parquet toutes les affaires qu’elle décèle. Celui-ci, débordé, avoue ne pas pouvoir chiffrer les affaires qui lui arrivent!

Actualité

L' AMF dépassée

L’AMF est prise de court, entre la multiplication des plateformes Forex douteuses, la recrudescence des signalements de pratiques suspectes et les escroqueries sur le terrain de l’immobilier et concernant les placements financiers. En effet, de multiples alertes ont été publiées par l’AMF, notamment concernant le Forex et à de nombreuses reprises (2004, 2008 et 2009), son rapport annuel de 2010, en fait état. Parmi ces alertes, figurent celles des escroqueries immobilières, normalement ne relevant pas du sort de l’AMF. Leur multiplication inquiète pourtant l’organisme.

La condamnation des promoteurs-commercialisateurs Akerys et IFB par le tribunal de grande instance de Toulouse en est le parfait exemple; leurs méthodes commerciales déloyales consistaient à présenter comme sûr un investissement immobilier qui ne l’était pas. Dans le même cas de figure et lui aussi dans les rouages de la justice, le promoteur Omnium, employeur de commerciaux non formés pour proposer des produits d’une société de conseil en investissement financier. Les affaires et les manières d’abuser les épargnants sont nombreuses. Les démarcheurs souvent les plus controversés sont ceux qui sévissent même depuis l’étranger.

L’AMF, dépassée par cette importante recrudescence, appelle les investisseurs à ne rien signer avant de solliciter plusieurs avis (notamment plusieurs avis extérieurs proposant des services similaires). Cependant le commentaire de Daniel Richard suite à la parution de l’AMF, dédramatise la situation : « Heureusement, depuis deux ou trois ans, les décisions de justice condamnent de plus en plus les vendeurs de produits financiers qui n'exposent pas clairement les risques associés à leurs produits. »

Méfiance

Dans ce dernier rapport, l’AMF dresse une liste exhaustive des menaces qui planent sur les épargnants mais donne aussi des conseils. Démarchages abusifs, fonds non garantis, investissements imaginaires ou placements réservés normalement à des experts vendus à des néophytes, la liste est longue… Les méthodes des escrocs, retracées par l’AMF, sont toujours à peu près identiques mais variées: abus de confiance, non information ou désinformation, manipulation de la crédibilité de clients non avertis, influençables et non connaisseurs du milieu financier et des différents aléas du marché.

Actualité

Pour ce qui est du Forex, si bien des escrocs misent sur la naïveté des épargnants, d’autres misent sur l’appât du gain et l'ignorance du milieu financier. En effet, en bonne place dans le rapport de l’AMF, le petit nouveau qu’est le Forex, marché pourtant tout à fait respectable, permet à des entreprises douteuses de « parier » contre l’évolution des monnaies entre elles. La pratique légale, mise sur le fait que les clients, peu informés, ignorent que, si les gains potentiels peuvent être très attractifs, le risque de perte est quant à lui abyssal.

Le marché devient alors un terrain de jeu pour les spéculations et les sociétés n’offrant aucune garantie valable. Une quinzaine de plateformes de trading opèrent depuis la Russie, Israël ou d'autres pays, hors de la juridiction de la communauté et recrutent de façon très agressive, des clients par téléphone ou Internet. Les nouvelles recrues sont invitées à parier et à placer leur argent sur des paires de devises, le jeu est enfantin, effectué en quelques clics, mais très risqué pour les néophytes (des études confirment que neuf sur dix y perdent de l'argent).

La méfiance est donc de mise et la prudence incite à se munir de plusieurs avis, car depuis 2010 les plaintes se multiplient sans qu'aucune solution n'ait été trouvée à ce jour pour protéger efficacement les épargnants. Le conseil le plus efficace que l'on puisse donner est bien entendu, de vérifier l’existence d’une assurance responsabilité civile dans le cas des conseils en patrimoine et des intermédiaires. Solliciter l'AMF est également un conseil judicieux si l’on souhaite des renseignements sur la bonne foi de certains intervenants ou encore la légalité de leur statut. Il est donc important de faire intervenir l’organisme en cas de doute ou de déficience évidente d’informations.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides