Fréquentation des agences bancaires : la baisse continue

Visa expert

L’article « Fréquentation des agences bancaires : la baisse continue » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 22/03/2016

La baisse continue de la fréquentation des agences bancaires, conduit la majorité des banques à réduire le nombre d’agence sur le territoire français. Fini l’époque où les agences bancaires poussaient comme des champignons dans les centres-villes. L’incroyable montée d’internet a déjà emportée avec elle un bon nombre d’agences. Les Français utilisent davantage leurs Smartphones pour passer des opérations simples et entrer en contact avec leurs conseillers.

Quelles sont les raisons exactes de ces fermetures en masse ? Les guichets sont-ils amenés à disparaître du territoire ?

Fermetures multipliées : Quelles en sont les raisons ?

En 2015, une quarantaine d’agences ont déjà fermées leurs portes. En effet, les français se déplacent de moins en moins pour des opérations basiques. Ils ont tendance à effectuer les virements, transferts, directement en ligne. Prenons également l’exemple des chéquiers. Nous sommes aujourd’hui beaucoup moins nombreux à nous déplacer pour les retirer. Les Smartphones, tablettes, et autres accès via les sites internet des banques permettent une utilisation simple et rapide de nombreux outils du quotidien.

Cependant, bien que les Français se rendent plus rarement dans leurs agences bancaires, ils sont très nombreux a apprécier le fait d’avoir un conseiller dédié, la possibilité de le rencontrer en cas d’opérations importantes, comme la souscription d’un crédit ou encore la constitution d’une assurance-vie. C’est pour cela que, seulement, 2% des français utilisent la banque 100% en ligne comme établissement principal.

Vers la disparition des guichets ?

Le modèle traditionnel de la banque est entrain d’évoluer, mais cela ne signifie pas la fermeture de la totalité des agences. Cette transformation des réseaux est d’ailleurs considérée, par 36% des cadres interrogés, comme le principal challenge que les banques vont devoir affronter. Le maitre-mot des établissements est : la prudence. Fermer des agences pour diminuer les coûts, est positif, mais attention à ne pas perdre des clients. Maintenir des agences de proximité est donc devenu un enjeu pour les banques, afin de conserver la fidélité de leurs clientèles.

La créativité des établissements entre en action. Effectivement, les guichets vont être majoritaire repensés. BNP Paribas veut ainsi transformer une partie de son réseau en « agences-experts », spécialisées par exemple sur le crédit immobilier ou la prévoyance. Parallèlement, 5 % à 10 % des points de vente deviendront des « agences express », sans conseil ni fonds de commerce. Plus prudente, la Société Générale s'est gardée d'afficher un dispositif unique, préférant aménager ses agences « au cas par cas ». Elle teste donc des horaires réduits pour s'adapter à la baisse de leur fréquentation et concentre des portefeuilles de clientèles dans les mains de ses conseillers pour réduire ses coûts.

Conclusion

Ainsi, les banques misent sur le changement, tout en restant attentifs aux attentes de leurs clients. Terminé les fiches produits accrochées le long des murs des agences, aujourd’hui elles laissent place à la modernité, tablettes en libre service, écrans plats, les guichets deviennent de véritables commerces de proximité. Bien qu’ils ne seront plus présents en quantité, les banques misent donc sur des emplacements et un services de qualité, en accord avec l’évolution de la demande.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides