Banque : les fermetures d’agences continuent

Visa expert

L’article « Banque : les fermetures d’agences continuent » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Guilhem Garcia - le 30/03/2017

De plus en plus d’agences annoncent leur fermeture, de BNP Paris à BPCE. La digitalisation des banques est en marche et le secteur bancaire risque de ne pas s’en sortir indemne.

Banque : les fermetures d’agences continuent

Fermeture des agences suite à la digitalisation des banques

Le plan de transformation des banques françaises prévue pour 2020 promet des changements radicaux. Suite à la révolution numérique, les clients se rendent de moins en moins en agence. Par conséquent les banques améliorent leur réseau en supprimant leurs points de ventes.

La Société Générale a lancé ce mouvement fin 2015 en annonçant la suppression d’environ 400 agences d’ici 2020. Suivie de LCL, qui a déclaré en 2016 la fermeture de 250 agences. En 2017, la BPCE a dévoilé qu’elle supprimerait 400 points de vente et c’est au tour de BNP Paribas d’annoncer son plan stratégique de 2020 avec la fermeture de 50 agences par an.

Un secteur en pleine mutation

Le secteur bancaire est en pleine mutation et l’arrivée d’Orange Bank au printemps prochain va bousculer les établissements traditionnels. En effet, Orange Bank intègre le digital et l’intelligence artificielle au cœur de son processus et de son offre. De ce fait, les banques traditionnelles sont obligées de s’adapter et elles vont miser sur le digital avec de nouveaux formats d’agence en proposant la généralisation des ventes à distances, le développement de chatbots mais également l’optimisation du traitement des données.

Leur base de données client devient un atout concurrentiel et stratégique. La banque va créer de la valeur grâce à une gestion efficace et en temps réel des données de son client. Elle va pouvoir connaitre mieux son client (son comportement d’achat, son évolution de vie etc.) et répondre plus précisément à ses attentes. Par exemple, elle pourra lui proposer une offre pour la rentrée scolaire de ses enfants par SMS, un livret d’épargne pour le nouveau-né par notification Facebook… autrement dit une stratégie marketing plus ciblée et donc plus efficace.

Cette mutation touche également le Royaume-Uni

La banque britannique, RBS, a prévu de fermer plus de 1 000 points de ventes au cours des deux années à venir. Toujours déficitaire depuis la crise de 2008, RBS a décidé de réduire ses réseaux sous la marque Royal Bank of Scotland et NatWest. Elle explique cette décision par « un basculement spectaculaire » des usages vers le numérique. "Le nombre d'opérations simples réalisées dans une agence Royal Bank of Scotland et NatWest a chuté de 43% depuis 2010, alors que les opérations en ligne ou sur mobile ont bondi de plus de 400%", explique la banque dans un communiqué envoyé aux médias.

Conclusion

Le secteur bancaire subit de grands changements en France mais aussi à l’étranger. Néanmoins, les banques dites traditionnelles n’ont pas dit leur dernier mot et s’adaptent aux nouvelles technologies et aux nouveaux besoins de leurs clients.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Guilhem Garcia , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Après l’obtention d’un Master en gestion de patrimoine, Guilhem débute sa carrière au sein d’une grande banque régionale. Après 10 ans de carrière dans différents groupes bancaires, où il a occupé des postes de conseiller clientèle professionnel à gestionnaire en patrimoine, il décide d’ouvrir son cabinet spécialisé en prévoyance et patrimoine auprès d’un des grands assureurs de la place. Son désir d’indépendance et d’évolution professionnelle, le pousse naturellement à rejoindre début 2014 le groupe WAST AND VAN en tant que consultant en gestion de patrimoine sénior.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides