Les banques vont facturer les comptes courants

Visa expert

L’article « Les banques vont facturer les comptes courants » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Guilhem Garcia - le 21/11/2015

Voici la nouvelle source de revenus des banques françaises : la facturation des comptes courants. C’est aujourd’hui officiel la plupart des banques françaises vont facturer au 1er janvier 2016 la tenue de votre compte courant. Avec des conventions de comptes qui sont aujourd’hui presque systématiques à l’ouverture d’un compte bancaire, les abonnements internet, les frais de dépassement de découvert, les chéquiers… la facture commence à être importante pour les consommateurs. Mais qu’est ce qui justifie cette nouvelle politique commerciale ?

Les banques vont facturer les comptes courants

La lourdeur administrative et législative

Première argument des établissements bancaires : l’environnement législatif et le risque de fraude qui les obligent à mettre en place des moyens de contrôles de plus en plus coûteux. Autrement dit, ce sont les mouvements sur vos comptes bancaires qui vous seront facturés. Ce n’est en fait pas véritablement une nouveauté. En effet, il y a maintenant une dizaine d’année, ce sont les comptes professionnels qui avaient subi cette facturation. Ces commissions de mouvements avaient déjà causé un agacement général chez les clients professionnels. Précédemment le Crédit Mutuel et la BPCE (Banque Populaire et Caisse d’Epargne) avaient depuis l’an dernier facturé la tenue des comptes chez les particuliers.

Baisse des marges sur les prêts et les services bancaires

Autre argument avancé par les établissements bancaires, la baisse des marges sur les prêts bancaires. En effet, pendant de nombreuses années, la principale source de revenus des établissements bancaires provenait des marges qu’elles tiraient des prêts accordés à leurs clients. Aujourd’hui, avec des taux historiquement bas, elles n’arrivent plus à avoir autant de bénéfices.

Elles avaient trouvé une nouvelle source de revenus avec la facturation des opérations en dépassement, mais là aussi le législateur leur a imposé une limite. Ainsi, cette manne financière qui compensait largement la baisse de rentabilité des crédits, a été amputé d’une part non négligeable.

Facturation d’un service rendu ou nouvelle source de bénéfices

Plusieurs associations de consommateurs ce sont alarmés de cette nouvelle disposition. Ainsi, la loi française nous impose d’avoir un compte bancaire et les banques nous imposent une facturation. La liberté du consommateur pourrait être mise à mal. Par ailleurs, au vue de l’ensemble des services commerciaux que proposent les banques : téléphonie, assurance, voiture…ne feraient-elles pas mieux de se concentrer sur leur métier qui est de prêter de l’argent et gérer de l’épargne. Il semble encore une fois que ces nouveaux frais mis en place ne soit qu’une nouvelle source de profit et non un service rendu aux clients.

Conclusion

Cette nouvelle tarification de services bancaires devrait faire la part belle aux banques en ligne qui ne devraient pas modifier leur politique tarifaire. En effet, largement moins chère que la plupart des établissements classiques, elles pourraient attirer une nouvelle clientèle, lassée de payer des frais sans raison apparente. Par contre pour les clients qui ont un besoin de proximité ou d’une agence physique, ils ne pourront que subir cette nouvelle tarification.

À propos de l'auteur

Guilhem Garcia , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Après l’obtention d’un Master en gestion de patrimoine, Guilhem débute sa carrière au sein d’une grande banque régionale. Après 10 ans de carrière dans différents groupes bancaires, où il a occupé des postes de conseiller clientèle professionnel à gestionnaire en patrimoine, il décide d’ouvrir son cabinet spécialisé en prévoyance et patrimoine auprès d’un des grands assureurs de la place. Son désir d’indépendance et d’évolution professionnelle, le pousse naturellement à rejoindre début 2014 le groupe WAST AND VAN en tant que consultant en gestion de patrimoine sénior.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides