Encore une baisse pour le livret A ?

Visa expert

L’article « Encore une baisse pour le livret A ? » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 11/07/2013

Depuis l’an passé en 2012, le Livret A, le placement que tous les français affectionnent avec 60 millions de détenteurs, a connu plusieurs changements de son taux. Cette valse des taux s’est effectuée tout d’abord sous l’impulsion du nouveau président élu qui relevé le plafond, puis à la baisse à 1,75% et cette fois-ci encore Bercy annonce la baisse du taux prévue en Août. Le taux devrait être ramené à 1,5% voire 1,25%.

Alors pourquoi cette valse des taux du Livret A ?

epargne-assurance-vie

Les raisons de la baisse du taux

En 2012 le relèvement du plafond du Livret A à 19200€ et le LDD à 12000€, a permis une collecte record sur ces livrets pour atteindre à fin Mai 2013 des encours totaux records de 363 milliards d’euros !


A quoi servent les encours des Livrets ? A financer via la CDC (Caisse des Dépôts et Consignation) dont la mission est de soutenir le logement social. Les missions de la CDC se sont élargies et elle doit aussi venir en soutien via son fonds d’épargne les infrastructures de transport, des universités, des hôpitaux, du traitement des eaux … et via la BPI (Banque Publique d’Investissement) venir en soutien aux PME et collectivités locales. Cette manne financière collectée par les banques et utilisée par la CDC pour satisfaire à ses missions d’intérêt général est aussi une source d’opposition avec les banques commerciales collectrices de cette épargne.

En effet, celles-ci souhaitent conserver dans leur bilan plus que les 35% de la collecte qui leur est confié. La CDC gère elle les 65% restant de la collecte dans son Fonds d’Epargne. Les banques commerciales seraient en discussion pour récupérer près de 25 milliards supplémentaires, ce qui leur permettrait de financer à leur tour les TPE et les autres projets de l’économie.


Un soutien de poids des banques commerciales est intervenu ces derniers jours venant de l’agence américaine de notation Stand & Poor’s qui selon une étude publiée en Juin estime que : « Depuis plusieurs années, le circuit de l'épargne réglementée draine une part de plus en plus grande des dépôts vers des missions d'intérêt général, au détriment de l'activité commerciale des banques ».


Alors oui inéluctablement cette baisse du taux du Livret A est une mauvaise nouvelle pour les Français qui vont voir leur pouvoir d’achat baisser à cause d’une rémunération moindre.


La loi fixe le mode de calcul pour fixer le taux du livret A. Il est indexé à l’évolution de l’inflation et force est de constater que l’inflation en 2013 est particulièrement faible à +0,8% sur un an en Mai (base mois de Mai). L’état de la conjoncture économique n’aura pas d’incidence sur une remontée soudaine de l’inflation. En fonction des chiffres de l’INSSE sur l’inflation la Banque de France fera ses recommandations à Bercy pour l’ajustement de la baisse du taux du Livret A.

Conclusion

Sur le plan des ménages cette baisse annoncée du taux du livret A sera une perte supplémentaire de pouvoir d’achat car l’épargne sera moins rémunérée. Le niveau de l’inflation actuelle vient conforter cette baisse. Comment palier cette baisse de pouvoir d’achat lié au taux de rémunération des livrets ? La réponse est simple : il faut rechercher des placements financiers ayant des sous-jacents solides et tangibles, voir même « originaux » sur lesquels placer l’épargne peu rémunératrice des livrets. La réponse est simple et la meilleure solution est de consulter votre conseiller en gestion de patrimoine. Nous offrons sur notre site internet une sélection de supports financiers offrants des rendements attractifs, jusqu’à 7,5% bruts par exemple !

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides