Epargne : les françaises grandes gagnantes

Visa expert

L’article « Epargne : les françaises grandes gagnantes » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 15/03/2016

Les françaises sont les championnes européennes de l’épargne ! Elles sont 60% à épargner en France, juste devant les néerlandaises, qui elles sont 59%. Sachant que la moyenne européenne globale, c’est à dire celle qui comprend les hommes et les femmes, est de 39%, les françaises sont bien au-dessus.

Selon une étude du gestionnaire d’actifs américain BlackRock, les françaises comptent néanmoins parmi les plus frileuses pour investir. D’où vient cet attrait pour les femmes françaises à l’épargne ? Qu’en est-il côté investissement ? Nous passerons aux travers du comportement financier des françaises.

L’épargne : une question de culture

Cette spécificité des femmes françaises est en partie liée à la culture. Nous avons pu le voir dans certains articles, les français ont tendance à apprécier le Livret A, qui est leur placement favori, mais aussi tous les autres types de placements sécuritaires. Cependant, la culture n’explique pas entièrement le comportement des françaises face à l’épargne. En effet, elles dépassent les hommes en matière d’épargne, qui eux ne sont que 48% à se constituer une épargne. Les femmes sont également à un niveau d’épargne supérieur à la moyenne nationale, qui est de 54%.

Des championnes de l’investissement ?

Nous pouvons remarquer que les françaises qui épargnent et investissent à la fois sont beaucoup moins nombreuses. Seulement 25% d’entre-elles ont ce goût pour l’investissement, contre 40% des hommes français.

Les françaises se retrouvent là, en avant-dernière position du classement européen, devant les Hollandaises (17%). Les femmes européennes les plus enclins au risque sont donc les suédoises, avec 58% d’entre-elles qui investissent, sachant que la moyenne globale européenne est de 40%. Comment expliquer cet écart entre la facilité pour les françaises à épargner et leur faible participation à l’investissement ? Principalement par une crainte en l’avenir, un sentiment de non-confiance.

Conclusion

Ainsi, les françaises sont de grandes épargnantes, en comparaison à leurs voisines européennes. Cet attrait lié à la culture française ne se retrouve pas en terme d’investissement. En effet, le manque de confiance en l’avenir les amène à se protéger du risque et les rend plus frileuses concernant les investissements. Enfin, les françaises sont généralement de nature plus conservatrice que les français. De ce fait, elles ne sont que 28% à proposer une vision positive de leur avenir financier contre 40% des hommes français.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides