Fonds euro : les rendements 2013

Visa expert

L’article « Fonds euro : les rendements 2013 » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 27/01/2014

Ca y est, la période d’annonce des rendements des fonds euros pour 2013 est lancée. Les assureurs et les mutuelles dévoilent les rendements servis par leurs fonds euros garantis contrat par contrat. Si la tendance est plutôt à la baisse, certains acteurs tirent leur épingle du jeu. Décryptage.

argent

Les fonds euros « classiques »

La tendance 2013 est à la baisse pour la grande majorité des fonds euros considérés comme « classiques ».

La moyenne 2013 se situera autour de 2,85% du fait des expositions obligataires moins rémunératrices des plus grands fonds (en particulier ceux des banques de réseaux). Le 100% garanti continue pourtant d’attirer un grand nombre d’épargnants malgré une baisse globale de la rémunération des fonds.

Si le support Apicil Euro Garanti d’Apicil voit son rendement progresser de 3,32% en 2012 à 3,50% en 2013, il est un des seuls. De plus, ce fond avait connu une forte baisse entre 2009 et 2012 ce qui minimise sa performance 2013.

Les fonds euros des grandes banques et assurances souffrent également : le fonds euro d’Axa rend 2,70% en 2013, celui de BNP-Cardif 2,83% par exemple.

Mêmes les acteurs les plus connus annoncent des rendements en baisse. Le fonds euro Afer n’a offert que 3,36% en 2013 contre 3,45% en 2012 , celui de la mutuelle Carac 3,50%, en baisse de 20 points comme les fonds SMABTP qui peinent à se maintenir au-dessus de 3%.

L’actif général de Générali, très présents dans les contrats Multi-supports n’a proposé qu’un en 2013.

Les assureurs MAAF (3,01%), Macif (2,40%) ou MMA (2,65%) voient également leurs rendements chuter en moyenne de 20 points.

Les fonds euros «Nouvelle Génération»

Ces nouveaux fonds euros, fruits de l’ingénierie patrimoniale de certains acteurs du marché rendent des copies plus qu’acceptables. Si leurs rendements baissent légèrement ou restent stables en 2013, ces contrats restent les plus attractifs pour les épargnants.

Le capital reste garanti sur ces contrats, mais ils ne proposent pas de rendement minimum garanti. Le mécanisme de « l’effet-cliquet » permet en revanche de garantir la performance annuelle passée.

calcul-impot

Le fonds Sécurité Pierre Euro de l’assureur Suravenir, distribué dans le contrat Sérénipierre maintient en 2013 sa performance de 2012 à 4, 15%. Le fonds Euro Allocation Long Terme distribué par Life Side Patrimoine annonce lui 4,01% pour 2013. Ces performances s’expliquent par leur stratégie d’investissement à plus de 80% en immobilier de rendement.

Le fonds euro Elixence, distribué par Générali offre 4,16% en 2013 en légère hausse par rapport à 2012. Attention, pour bénéficier de ces fonds euros, les distributeurs imposent une proportion d’Unités de Compte dans les contrats allant de 20 à 30%.

Les fonds euros « Internet »

Ces fonds, distribués dans des contrats 100% en ligne avec frais réduits n’offrent pas les meilleures performances mais celles-ci se maintiennent raisonnablement. Le fonds euro BforBank annonce 3,30% quand les fonds Fortunéo (structurés par Suravenir) annoncent entre 3,45% et 4,05%.

Boursedirect profite des performances du fonds euro Apicil quand Monfinancier.com et Altaprofits souffrent de la baisse de 20 points du fonds ACMN Vie.

Conclusion

Si les rendements 2013 sont globalement en baisse, ils sont le reflet d’un marché obligataire très peu rémunérateur du fait de politiques de taux menées par les Banques Centrales très favorables.

La garantie du capital reste un des éléments privilégiés par l’épargnant dans son choix de contrat d’assurance-vie et cela aux dépens du rendement de celui-ci. Mais en étant attentif aux frais et ouvert à d’autres supports complémentaires, l’investisseur peut encore espérer obtenir un rendement global attractif.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides