La hausse des frais bancaires en 2017 va faire mal

Visa expert

L’article « La hausse des frais bancaires en 2017 va faire mal » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 31/01/2017

L’association CLCV diffuse chaque année son étude sur les tarifs bancaires. Pour l’année 2017, elle annonce que les augmentations vont défavoriser les personnes en difficulté.

Les conséquences pour les personnes en difficulté

Les conséquences pour les personnes en difficulté

Selon leur dernière enquête sur la tarification bancaire, les « petits » clients ainsi que les personnes en situation précaire vont être pénalisés par l’augmentation des tarifs en 2017. Un « petit » client est une personne qui utilise très peu de services d’après la méthodologie de la CLCV. Pour ce client, la facture moyenne augmente de 1,75% (hors banques en ligne et assurbanques) avec la formule de services la moins chère.

En 2017, cette hausse de 1,75% reste minime comparée à l’année 2016 qui était de 4,17%. Cependant, la CLCV observe une divergence entre ces augmentations et l’inflation. Jean-Yves Mano, président de la CLCV décrit que « sur quatre ans, la hausse des tarifs bancaires est de 11% alors que l’inflation s’est établie à 1,9%. C’est cinq fois plus ! (…) Cette variation par rapport à l’inflation pénalise le public précaire ».

La CLCV rappelle que de multiples opérations courantes sont touchées par ces augmentations telles que les cartes bancaires à débit immédiat, les retraits aux distributeurs, les oppositions sur chèque ou encore les frais pour tenue de compte. Pour ses frais, seules 14 banques n’en appliqueront pas en 2017.

La CLCV réagit

Suite aux résultats qu’ils ont pu dégager après leur étude, la CLCV décide d’envoyer un courrier à Michel Sapin, ministre de l’Économie pour le prévenir des conséquences sur les frais liés aux incidents bancaires afin qu’il décide d’un plafonnement pour certains d’entre eux.

Malgré la hausse des frais bancaires, deux points positifs sont à prévoir pour l’année 2017. Premièrement « à partir du 6 février, une mesure de la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, la loi Macron, va faciliter la mobilité bancaire car ce sera la banque réceptrice qui engagera les démarches ». Puis deuxièmement, en 2017 est prévu le lancement d’Orange Bank. « L’arrivée d’un nouvel acteur aux objectifs ambitieux pourrait faire bouger favorablement les tarifs. La concurrence peut être émulatrice. Si ce n’est pas le cas, il faudrait s’interroger sur les ententes potentielles du secteur » explique Jean-Yves Mano.

Conclusion

Pour conclure, les frais bancaires vont augmenter en 2017 mais cette augmentation sera moindre que sur l’année 2016. La CLCV met tout en œuvre pour faire bouger les choses et grâce à la loi Macron et au lancement de la Orange Bank, les tarifs risquent de bouger de manière avantageuse.

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr. Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides