Les banques françaises peu plébiscitées

Visa expert

L’article « Les banques françaises peu plébiscitées » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 04/04/2013
coffre-fort

Les banques françaises, mauvaises élèves de la recommandation client

Une récente étude de Bain & Company a mis en évidence le désamour qu’éprouve les français par rapport à leurs banques. Près de 40% des français ne recommanderait pas leur banque à leurs proches.


En effet la France est un mauvais élève en se classant à la 11ème position sur 14, juste derrière la Grande Bretagne (-7%) et l’Allemagne (+9%).

Les clients des banques ne sont-ils que des numéros ? De comptes…

L’écart en France entre les clients prescripteurs et les clients détracteurs des banques se situe à – 13%, donc plus de détracteurs que de prescripteurs.


Comment expliquer cela ? Certains clients pointent le manque de transparence des prestations facturées par les banques, le manque de conseils et de suivi personnalisé.


Et cela est encore aggravé car les clients remarquent bien que leurs interlocuteurs à la banque changent assez souvent.

Rares sont les banques plébiscitées par leurs clients : qui sont-elles ?

Cependant, on remarquera que les deux banques qui sortent du lot sont la Banque Postale et le Crédit Mutuel, leurs points communs ? Elles sont non cotées en bourse.


Les banques en lignes jouissent également d’un bon taux de prescripteurs, car plus de la moitié de leurs clients recommanderaient ces banques à leurs proches. En effet, ces dernières promettent une tarification plus avantageuse, avec moins de services, mais elles ont au moins le mérite d’être claires et lisibles pour les clients.

banque confiance

Vers de nouveaux comportements de la clientèle

Bien que disposer d’un compte bancaire domiciliée en France est impérative, les clients ayant déjà eu une expérience de placements avec leurs propres banques, sortent de plus en plus des sentiers battus en se dirigeants vers les compagnies d’assurances (bancassurances) et de plus en plus vers des sociétés indépendantes de conseils en gestion de patrimoine, à condition que ces dernières prodiguent des conseils réellement indépendants, avec une architecture produits ouvertes, c’est-à-dire d’être en mesure d’apporter les meilleurs produits à l’instant T pour les clients et d’en assurer le suivi sur du long terme.

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides