Les livrets boostés, alternative au Livret A ?

Visa expert

L’article « Les livrets boostés, alternative au Livret A ? » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 20/02/2013

La rémunération du Livret A et du Livret de Développement Durable (LDD) est passée de 2.25% à 1.75% au 1er Février. Même si le gouvernement a voulu donner un coup de pouce à l’épargne des Français, en augmentant les plafonds de ces livrets, les épargnants déclarent se tourner vers d’autres placements plus rémunérateurs. En haut de la liste, avec des rémunérations alléchantes se trouvent les livrets à taux boosté. Néanmoins, leur taux a baissé ces derniers mois, avec une rémunération comprise entre 1.4% et 2.5%, mais surtout la loi de finances pour 2013 a sensiblement alourdi leur fiscalité.


Les livrets boostés sont-ils vraiment une alternative au Livret A ? Et surtout, sont-ils vraiment compétitifs ?

tirelire-livreta

Les nouvelles règles fiscales

La nouvelle loi de finance 2013 a modifié les règles d’imposition des livrets bancaires. Désormais, les intérêts sont taxés au barème de l’impôt sur le revenu et restent soumis aux prélèvements sociaux de 15.5%. Par exemple, pour un contribuable imposé dans la tranche marginale d’imposition à 30%, les intérêts seront imposés à 45.5%. Si son livret lui rapporte 2% brut, il ne lui reste plus que 1.09% net d’impôt. Un rendement qui est plus faible que l’inflation…


Il reste possible également d’opter pour le prélèvement libératoire de 24% dans un cas de figure : percevoir un maximum de 2 000 € d’intérêts par an. Ce taux forfaitaire peut être obtenu même pour un contribuable qui se situe dans la TMI à 30%, à 41% ou à 45%. Attention toutefois, le montant de 2 000 € comprend l’ensemble des intérêts tirés des livrets imposables ou des comptes à terme. Le Plan d’Epargne Logement de plus de 12 ans ou les coupons obligations sont inclus dans cette somme.

Les offres « promotionnelles » des livrets boostés

Conscients de la faible rémunération du Livret A et LDD, les épargnants à la recherche d’un placement sur une courte période font le tour des banques pour dénicher une offre promotionnelle à taux boosté. C’est le cas pour certains établissements dans le but d’attirer de nouveaux clients, ou bien pour récompenser « la fidélité » des anciens clients et les décourager ainsi de faire le tour de la place… En regardant de plus près, un taux brut de 5% offre une rémunération nette de 1.975% pour un contribuable imposé dans la tranche marginale de 45%, ce qui est à peine mieux que le Livret A.


Le tableau ci-après illustre bien le fait que les taux paraissent attractifs au début, mais pas si compétitifs comparés à des placements patrimoniaux de plus long terme. C’est cependant le prix de la sécurité.

Les taux actuels des livrets bancaires
Nom du livretTaux brutTaux net(1)
MONABANQ 2% à 2.5% 1.21% à 1.51%
GE MONEY BANK 2.20% 1.33%
LIVRET D’EPARGNE (CETELEM) 2% 1.21%
COMPTE SUR LIVRET BOURSORAMA BANQUE 1.90% 1.15%
LIVRET + FORTUNEO 1.8% 1.09%
LIVRET D’EPARGNE ORANGE ING DIRECT 1.4% 0.85%


(1) Après 15.5% de prélèvements sociaux et 24% d’impôt forfaitaire pour un épargnant ayant reçu moins de 2 000 € d’intérêts dans l’année.

Conclusion

Pour du court terme, le Livret A ou les livrets bancaires classiques demeurent incontournables en raison de leur souplesse et leur liquidité. Mais attention, leur intérêt se limite à un moyen de gestion de trésorerie. Pour rechercher une rentabilité supérieure, vaut mieux s’orienter vers les placements de moyen ou long terme comme l’ assurance vie, les marchés boursiers ou les placements immobiliers. Votre Conseiller en Gestion de Patrimoine saura vous conseiller sur les produits adaptés à votre situation, et à vos objectifs.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides