Livret A : créé il y a 200 ans, rentable que 57 ans

Visa expert
ANAIS COURAUD AVATAR AUTEUR
Par Anais Couraud
Le 08/06/2018

L’article « Livret A : créé il y a 200 ans, rentable que 57 ans » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Créé en 1818, le livret A vient de souffler ses 200 bougies en date du 22 mai dernier. Alors qu’à sa création ce livret d’épargne n’a pas eu l’effet escompté, il est aujourd’hui présent dans tous les foyers français. En effet, au 31 décembre 1818, seuls 352 livrets étaient ouverts. Au fil des années, les français se sont intéressés de manière grandissante à ce livret d'épargne, qui cumule aujourd’hui un encours de près de 280 milliards d’euros. Malgré, un rendement revu à la baisse plusieurs fois et une nouvelle réforme de son calcul prévue à partir de 2020, les épargnants persistent à vouloir garder ce livret au centre de leur épargne. Quelle a été l’évolution du livret A au cours de ces deux derniers siècles ?

Flash-back : de sa création à nos jours

Historiquement, le « livret d’épargne » a été créé dans le but de drainer les économies des français : la Révolution et les guerres napoléoniennes avaient vidé les caisses de l’Etat. En effet, le gouvernement ayant besoin de construire et d’entretenir ses infrastructures, la solution de facilité a donc été de se tourner vers les contribuables. Aujourd’hui, si l’objectif du livret A est de financer uniquement le logement social, cela n’a pas toujours été le cas. Autrement dit, ce livret réglementé servait surtout de ressources au financement de projets divers tels que l’électrification du secteur rural, l’entretien des lignes de chemin de fer etc. De plus, avec un taux compris entre 5% lors de sa création et 8,5%, son pic en 1981, on constate beaucoup de points de concordance avec l’actuel financement participatif. Aujourd’hui, même si la société profite de son fonctionnement il ne rapporte plus rien à personne au regard de son taux extrêmement bas.

Une rentabilité en berne

Alors que les encours déposés sur le livret A ont doublé dans les 10 dernières années, son rendement a quant à lui été divisé par 5. La question que nous sommes en droit de nous poser est : pourquoi ? Tout simplement parce que depuis sa mise en service, ce placement constitue le profil type de l’épargne simple, garantie en liquidité, sécurisée et rentable. Actuellement rémunéré à 0,75%, sa légitimité se limite à ces 3 premières caractéristiques et exclue donc toute idée de rentabilité. Effectivement, avec un taux inférieur à l’inflation, le livret A ne protège plus le pouvoir d’achat des français. Si on est loin des dernières périodes d’hyper-inflation, rappelons tout de même que le rendement “réel” du Livret A, (rémunération - inflation), est actuellement négatif. Son taux est en effet de seulement 0,75%, alors que les prix à la consommation ont grimpé de 1,6% sur un an en avril dernier. Et cela risque de durer : le gouvernement a gelé le taux jusqu’en 2020 et compte ensuite modifier la formule de calcul, de sorte à faire baisser le taux. Pour en savoir plus au sujet de la nouvelle réforme du Livret A, cliquez ici.

Conclusion

Au cours du mois d’avril, la collecte nette a représenté 1,7 milliards d’euros pour le livret A. Soit un niveau égal, à quelques milliers d’euros près, à celle de l’assurance vie. En quête de performance, beaucoup d’épargnants ont mis de côté les livrets réglementés pour investir leurs fonds dans des placements plus rémunérateurs comme l’assurance vie, le crowdfunding, le PEA etc. Si vous êtes à la recherche de solutions adaptées à votre profil d’investisseur, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Anais Couraud , Conseillère en gestion de patrimoine

Après l’obtention d’un BTS Assurance en alternance à Groupama Gan Vie en tant que gestionnaire dans le Pôle Prévoyance, Anaïs ressort forte d’une première expérience dans le domaine de l’assurance de personnes. Par la suite, elle fait le choix de poursuivre ses études en Licence Professionnelle Métiers du Droit Privé à la Faculté de Bordeaux afin d’approfondir les connaissances juridiques et qu’elle a pu appréhender lors de son BTS. Grâce à ces 3 années dans le secteur de la protection de la personnes, Anaïs maitrise les différents produits assurantiels tels que la prévoyance, la santé, la retraite et l’assurance vie. Aujourd’hui, du fait de son intérêt pour les produits financiers et immobiliers, elle entreprend un Master en Gestion de Patrimoine et Marchés Immobiliers à l’INSEEC. Elle rejoint le groupe Net Investissement en 2017 à Bordeaux.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides