Livret A : une rémunération en baisse pour août ?

Visa expert

L’article « Livret A : une rémunération en baisse pour août ? » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 15/07/2015

EDIT du 21/07/2015 : alors que sur cet article nous étions certain d’une prochaine baisse du rendement, nous ne pouvions toutefois vous informer d’avantage sur le pourcentage exacte de notre bon vieux livret A. 0.5% ou 0.75%, les avis divergeaient mais aujourd’hui nous savons : le livret A aura une rémunération de 0.75% à partir du 1er août 2015. Les raisons ? Nous vous les expliquons ci-dessous.

Depuis avril nous vous en parlons : le livret A n’est pas à l’abri d’une futur et potentiel baisse de sa rémunération. Le placement fétiche des Français risquent d’en décevoir plus d’un. Nous étions optimistes sur sa baisse, nous prédisions un livret A en aout à 1.75%. Voilà que la tendance se confirme sur sa baisse mais de manière plus forte. Attention, le Livret A pourrait atteindre un niveau inédit : 0.50% ! Le livret A n’a pas fini de voir rouge !

Livret A : une rémunération en baisse pour août ?

Pourquoi une telle baisse ?

Le rendement du livret A est calculé en fonction de l’inflation, hors tabac, majoré de 0.25 point. Mercredi dernier, les chiffres sont tombés et l’inflation a parlé. Rappelons que l’inflation est la progression des prix à la consommation sur un période de douze mois. Entre mai et juin, les prix à la consommations ont baissé de 0.1% pour une stabilisation sur un an en juin à +0.3%. Cette tendance pourrait perdurer un certain temps au vue du faible rythme d’augmentation des salaires. Certains experts prédisent une légère baisse de l’inflation en juillet à 0.2% sur un an.

Mauvaise nouvelle donc pour le livret A. Si la formule de son calcul par rapport à l’inflation est respectée, le livret A pourrait atteindre un niveau jamais vu de 0.50% de rendement – contre 1% actuellement. Si le cap est franchi, le livret A pourrait alors connaitre en août son niveau historique le plus bas car jamais depuis sa création en 1818, le livret A n’est passé sous la barre des 1%.

L’autre question à se poser est : qu’entraine un rendement de 1% sur les livrets A ? Le livret A est principalement destinée au financement des constructions de logements sociaux. « Le monde HLM » emprunte donc à 1% actuellement qui représente aujourd’hui un coût beaucoup trop élevé au regard des taux du marché extrêmement bas. On estime que ce surcoût en 2014 correspond à la construction de près de 5000 logements sociaux. Un manque à gagner donc pour l’Etat, les ménages dans le besoin ainsi que pour l’emploi dans le secteur du bâtiment. En baissant de 0.5% la rémunération du livret A, les organismes HLM pourraient ainsi économiser près de 600 millions d’euros.

Autre conséquence de cette faible rémunération : une fuite des capitaux ! En effet, depuis quelques mois le livret A et son petit frère, le LDD, sont dans le rouge vif ! Le mois de mai ne fait pas exception à la règle avec une nouvelle décollecte nette sur le livret A de 440 millions d’euros. Depuis le début de l’année, la décollecte nette s’élève à 2.32 milliards d’euros. Avec 11 mois sur les 12 derniers mois en collecte négative, nous pouvons vous l’affirmer : le livret A ne séduit plus les français. Depuis vingt ans, cette impopularité n’avait pas été aussi forte et marquée. Un sondage met en évidence cette tendance. 90% des sondés affirment que le rendement est insuffisant. Si la baisse du rendement se confirme pour août, ce pourcentage pourrait frôler les 100%.

Combat de décision entre la Banque de France et notre gouvernement

La baisse du rendement du livret A était déjà demandé depuis janvier dernier pour le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer. Il avait proposé de faire reculer la rémunération à 0.75% contre 1% actuellement. Le gouvernement avait fait la sourde oreille sur ces préconisations en décidant de le maintenir à 1%. Récemment, Mr Noyer a réaffirmé son souhait : « Il est hors de question que les taux ne baissent pas au cours de l'année. » Mr Noyer dispose de 5 jours pour faire son choix mais au final c’est le gouvernement qui disposera du dernier mot sur ce dossier.

La France compte aujourd’hui 61.6 millions de livret A et l’impact psychologique d’une baisse en dessous de 1% soutenue par un souhait de l’Etat pourrait être une erreur politique fondamentale pour les prochaines élections régionales de décembre ainsi que pour les élections présidentielles de 2017. Outre leurs arguments économiques que défend Mr Valls pour le maintien du rendement livret A à 1% - permettant dit-il de « relancer » l’économie française et « remonter l’inflation » - nous sommes conscients que les enjeux politiques prévalent sur cette question, et nous comprenons la réticence du gouvernement à agir une nouvelle fois. Apres tout, l’impopularité du livret A pourrait être contagieuse.

Conclusion

Décision économique et surtout très politique, la rémunération du livret A sera clos fin juillet. Une nouvelle baisse pourrait fixer le nouveau rendement du livret A à 0.75% si nos politiciens veulent écouter l’économie française ainsi que le gouverneur de la banque de France. Nous serons fixés très prochainement. En attendant une chose est sûre, le rendement n’est pas près de remonter et les français vont encore le bouder. Une récente étude met en évidence l’épargne des français et surtout leur manque d’audace. Les placements « non risqués » ont attiré 66 milliards d’euros de flux nets positifs en 2014 contre 8 milliards d’euros pour les placements « risqués ».

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides