PEL : une collecte au ralenti

Visa expert

L’article « PEL : une collecte au ralenti » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 10/11/2016

Selon le dernier baromètre de l’épargne des ménages publié par la Banque de France, le Plan Épargne Logement (PEL) connaît un fort ralentissement. En effet, depuis plusieurs mois, le taux de collecte du PEL ne cesse de diminuer. Au premier trimestre 2016, le PEL attirait encore 5,5 milliards d’euros, au deuxième trimestre, 4,7 milliards d’euros puis ces derniers mois que 3,7 milliards d’euros. Le principal élément d’explication est le taux de rémunération qui ne cesse de diminuer comme la plupart des livrets d’épargne d’ailleurs.

Pourquoi un tel ralentissement ? Les autres placements se sont-ils également affaiblis ?

Un Plan Épargne Logement en décroissance

Un Plan Épargne Logement en décroissance

Depuis le début de l’année, le PEL connaît une régression progressive. Effectivement, son taux d’intérêt a nettement diminué en passant de 2,5% à 1%. Les nouveaux PEL proposent de nouvelles conditions moins attractives que par le passé. Tout d’abord, le taux de rémunération a été revu à la baisse et a diminué de 50%. Les PEL souscrits après le 1er février 2015 sont concernés par cette diminution du taux de rémunération, ce qui refroidit de nombreux épargnants. De plus, l’attrait initial du PEL dans le cadre de la souscription d’un prêt immobilier a totalement disparu dans le contexte actuel de taux très bas.

Les autres placements en hausse

Depuis la chute du PEL, les épargnants font davantage confiance aux autres placements financiers. Effectivement, le Livret A ou encore l’assurance vie sont plus appréciés par les français et profitent partiellement de la baisse de collecte du PEL. Ainsi, l’encours de l’assurance vie a augmenté de 10,5 milliards d’euros ces trois derniers mois contre 8 milliards et 7,7 milliards pour le premier et le second trimestre 2016. Et les livrets d’épargne tels que le Livret A ont également vu leurs encours s’accroitre (+1,3 milliards d’euros).

Conclusion

En définitif, la collecte du Plan Épargne Logement est vie au ralenti. La baisse de son taux de rémunération a plus que refroidi les épargnants. En 2015, le PEL avait capté environ 22,6 milliards d’euros. En revanche, Les nouveaux encours ne sont que de 11 milliards d’euros depuis le début d’année 2016. Cela démontre tout de même que certains épargnants continuent de choisir ce placement.

L’encours global du PEL reste supérieur à celui des livrets d’épargne. Ce n’est pas la fin de ce placement pour autant malgré cet affaiblissement. A suivre dans les prochains mois…

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides