Un code de bonne conduite pour les banques

Visa expert
avatar
Par Stéphane van Huffel
Le 07/06/2017

L’article « Un code de bonne conduite pour les banques » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Suite à de nombreux scandales qui ont éclatés sur le marché des devises, il est devenu nécessaire de restaurer et renforcer la confiance des personnes. Les intervenants doivent respecter un certain nombre de règles et doivent agir en toute transparence pour permettre le bon fonctionnement du marché. C’est pourquoi la Banque des Règlements Internationaux (BRI) a conçu un code de bonne conduite qui vise principalement les banques.

Les problèmes rencontrés sur le marché des devises

Le marché des devises ou marché des changes est le marché le plus important au monde. Mais à l’heure actuelle, ce marché souffre d’un manque de règlementation et de contrôle, ce qui incite les intervenants du marché à en tirer parti et à ne pas avoir le bon comportement. Leurs clients subissent les conséquences de la manipulation des cours et les nombreux scandales ont suscité de la méfiance sur le marché des devises. Certes, les banques ont payé des amendes pour ces scandales mais cela ne suffit pas. Il faut restaurer un climat de confiance. C’est dans ce cadre que la Banque des Règlements Internationaux a élaboré un code de bonne conduite à destination des banques, les principaux intervenants sur le marché des changes.

Code de bonne conduite

La mise en place du code de bonne conduite

De nombreux codes de bonne conduite existent déjà. Mais les banques et les autres intervenants sur le marché des devises travaillent depuis plusieurs années à l’élaboration d’un nouveau code de bonne conduite, plus adapté à la situation actuelle et aux problèmes de diffusion des informations qui existent sur le marché. Le but est de favoriser le bon comportement des agents, d’instaurer des règles communes et précises pour plus de transparence et un meilleur fonctionnement du marché des changes. Ce code de bonne conduite vient uniquement compléter les réglementations et ne les remplace en aucun cas.

Le contenu du code de bonne conduite

La Banque des Règlements Internationaux a formulé, dans son code de bonne conduite, plus de 50 recommandations portant sur 6 thématiques importantes comme la réalisation des transactions, le comportement éthique des agents, le management des risques et le service conformité, la gouvernance de l’entreprise, etc.

Le code de bonne conduite apporte également des recommandations pour favoriser la transparence de l’information. Mais ces recommandations sont critiquées car les intervenants sont réticents à l’idée de dévoiler des informations sensibles et secrètes sur leurs stratégies et leurs actions. Cela peut se comprendre et on peut donc s’attendre à ce qu’ils diffusent le minimum d’informations à leurs clients, rendant la problématique de transparence toujours d’actualité.

Conclusion

Les nombreux scandales portant sur la manipulation des devises ont suscité de la méfiance et ont mis en avant le besoin de renforcer la transparence et le comportement éthique des acteurs. Les banques et les autres intervenants se sont alors lancés dans la rédaction d’un code de bonne conduite. Ce dernier donne de nombreuses recommandations aux banques afin d’assurer le bon fonctionnement du marché des changes et ne remplace en aucun cas les règlementations en vigueur.
Certaines limites ont déjà été soulevées, comme celle de divulguer des informations confidentielles pour plus de transparence et qui pourrait mettre en danger les acteurs. Il reste maintenant à attendre et constater dans quelle mesure les banques seront prêtes à faire des sacrifices pour restaurer un climat de confiance sur le marché des devises.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides