Une épargne longue pour financer l'économie

Visa expert

L’article « Une épargne longue pour financer l'économie » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 01/03/2013

A l’heure actuelle où nous lisons dans la presse les péripéties des entreprises françaises qui ont plutôt du mal à maintenir leur chiffre d’affaire dans un contexte où l’économie française ralenti ; les experts encouragent les épargnants à placer leur argent différemment et sur du long terme afin de soutenir l’économie française à travers ses PME et ETI.

Le comportement des épargnants

Le comportement des épargnants

Quand les épargnants ont peu confiance en l’avenir, ces derniers ont plutôt tendance à favoriser l’épargne de précaution rapidement disponible (livret A, compte sur livret, etc). Selon Paris Europlace, les fonds des livrets réglementés ont déjà doublé par rapport à leurs prévisions de collecte ainsi que les assurances vie en fonds euros.


Un constat : lorsque les épargnants s’intéressent aux titres de sociétés françaises, ils ont tendance à favoriser les titres émanant de grosses sociétés, créant un déséquilibre en défaveur des PME et PMI françaises, considérées comme plus risqués.

Le financement des entreprises peut se faire de plusieurs manières, comme par exemple :

  • Le crédit bancaire (il représente 76% des sources de financement, et il devient de plus en plus difficile pour les PME-ETI d’obtenir des lignes de crédits, pour descendre à environ 60%, d’où l’utilité de la BPI ? "Insuffisant" selon Gérard Mestrallet, président de GDF-SUEZ)
  • La bourse, instrument de financement


Dans ce contexte économique peu favorable aux PME et ETI, l’idéal serait que les épargnants investissent davantage dans les titres des PME et ETI, car ce sont bien elles qui en ont le plus besoin.


Nous savons que placer de l’argent en bourse dans une logique à long terme permet aux investisseurs de gagner de l’argent, voire de ne pas en perdre.

Ce sont les raisons pour lesquelles le gouvernement Ayrault a réfléchi sur ce sujet, à savoir réaliser les objectifs suivants :

  • Encourager l’épargne de long terme
  • A destination des entreprises françaises
  • Plus spécialement les PME- ETI

Les obstacles

Le cadre actuel n’est pas favorable pour réaliser ces objectifs, car les épargnants français ont le choix des valeurs nationales et internationales. Et après tout pourquoi les épargnants français favoriseraient les entreprises françaises et plus précisément les PME- ETI ?

Principales solutions

Le gouvernement dispose de plusieurs leviers : la fiscalité, les prélèvements sociaux et le cadre juridique. Selon le président de GDF-SUEZ, Gérard Mestrallet, "il faut à la fois réfléchir au financement de l’économie, mais aussi à la compétitivité de ce financement".

Obstacles et solutions


Paris Europlace préconise à la fois la lisibilité, la stabilité, centrée sur la croissance, encourager une prise de risque dans une logique d’ investissement à long terme.


Plusieurs pistes ont été proposées, et une particulièrement : le PEA-PME avec un cadre fiscal et social incitatif, très orienté entreprises Tricolores et placement à long terme. Bien que les contours restent encore à définir, il ne fait pas encore l’unanimité, certains spécialistes pensent que le seul cadre fiscal, social ne peut suffire à modifier les comportements.

Conclusion

Dès lors que l’on prend le temps de s’intéresser aux différents placements financiers qui s’offrent à nous, on peut remarquer que les rendements des assurances vies ont offert un rendement moyen en 2012 bien meilleur que les placements réglementés (le livret A est passé de 2,25% à 1,75% depuis le 1er février 2013) tout en jouant quand même la carte de la sécurité lorsqu’il s’agit de fonds euros.

En attendant que le débat se clôture, il est judicieux de se pencher sur les assurances vies servant un rendement supérieur à 5%, à condition d'y penser pour du long terme.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides