Assurance-vie : à quoi devons-nous nous attendre en 2019 ?

Visa expert
ANAIS COURAUD AVATAR AUTEUR
Par Anais Couraud
Le 15/02/2019

L’article « Assurance-vie : à quoi devons-nous nous attendre en 2019 ? » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

A l’image de l’année 2018, les rendements annoncés pour 2019 ne sont pas glorieux lorsque l’on se tourne vers les fonds euros classiques. Heureusement, certains contrats sortent du lot et rapportent en moyenne 2,2% voire plus de 3% pour les meilleurs. Les rendements de ces fonds garantis, sont étroitement liés avec le niveau des taux délivrés par la BCE (Banque Centrale Européenne). En effet, nous nous attendions à une remontée de ces taux en 2018 et ils ont finalement stagnés ou légèrement variés à la baisse. Ces performances si basses vont de paires avec la hausse de la collecte auprès des banques et assurances depuis ces dernières années. A plus fortes raisons, celles-ci ont dû souscrire à des obligations d’Etat très récentes qui servent des taux très bas. Parallèlement, certaines mutuelles plus traditionnelles, ont moins collecté mais ont servi des obligations plus anciennes, mieux rémunérées pour l’épargnant.

Bilan de l’année 2018 en quelques chiffres

Les rendements plus élevés n’empêchent pas les épargnants de recourir à l’assurance vie. Ce contrat multifacettes a encore été victime de son succès en 2018. La collecte nette globale est de 22,4 milliards d’euros. Le cap des 1 700 milliards d’euros a été dépassé pour la plus grande satisfaction des professionnels du secteur.

Aujourd’hui, 4 ménages sur 10 possède au moins un contrat d’assurance vie au sein du foyer. Cette collecte annuelle équivaut à 1,5 milliards d’euros par mois de plus chez les assureurs.

Néanmoins, le mois de décembre a connu quelques difficultés puisque le montant de la décollecte a subit un pic pour s’élever à 600 millions d’euros. Un chiffre important par rapport aux mois précédents qui fait lien avec la santé catastrophique des marchés financiers à cette période.

Les prévisions 2019 s’annoncent toute aussi décevantes concernant les fonds euros classiques. Une légère baisse est même attendue.

La performance se trouve ailleurs..

Cela n’apparaît plus comme un secret mais comme une nécessité. Sortir des sentiers battus pour trouver des contrats délivrant de la performance, c’est possible. Les épargnants qui recherchent une épargne 100% garantie seront toujours confrontés à une perte de pouvoir d’achat. Autrement dit, avec des rendements moyens compris entre 1,2% et 1,8% nets, des prélèvements sociaux chaque année de 17,2% et une inflation autour des 2%, les ménages français perdent du pouvoir d’achat face à un rendement net négatif. La clé de la réussite repose sur la diversification et l’ouverture du contrat vers du multisupport.

Il faut accepter de prendre une dose de risque mesurée pour voir son rendement augmenter. Entres fonds actions, fonds basés sur l’immobilier (SCPI, OPCI etc.), le panel de choix d’investissement est large. Certains assureurs l’ont bien compris, en utilisant un mix de produits en euros, d’actions et d’immobiliers, le fonds Sécurité Pierre Euro a offert à ses investisseurs un rendement net de 3,20% en 2018. Pour y accéder, un minimum de 50% d’unités de compte est obligatoire.

Conclusion

Les fonds euros nouvelle génération promettent de meilleurs résultats que les fonds euros classiques. Le mot d’ordre reste : la diversification. Vous souhaitez être accompagné dans votre projet d’investissement en assurance vie ? Contactez-nous directement par tchat ou au 0 805 111 934.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Anais Couraud , Conseillère en gestion de patrimoine

Après l’obtention d’un BTS Assurance en alternance à Groupama Gan Vie en tant que gestionnaire dans le Pôle Prévoyance, Anaïs ressort forte d’une première expérience dans le domaine de l’assurance de personnes. Par la suite, elle fait le choix de poursuivre ses études en Licence Professionnelle Métiers du Droit Privé à la Faculté de Bordeaux afin d’approfondir les connaissances juridiques et qu’elle a pu appréhender lors de son BTS. Grâce à ces 3 années dans le secteur de la protection de la personnes, Anaïs maitrise les différents produits assurantiels tels que la prévoyance, la santé, la retraite et l’assurance vie. Aujourd’hui, du fait de son intérêt pour les produits financiers et immobiliers, elle entreprend un Master en Gestion de Patrimoine et Marchés Immobiliers à l’INSEEC. Elle rejoint le groupe Net Investissement en 2017 à Bordeaux.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides