Assurance-vie : le grand succès des fonds euro immobiliers

Visa expert
paul busy
Par Paul Buzy
Le 01/04/2019

L’article « Assurance-vie : le grand succès des fonds euro immobiliers » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Assiégés dans un contexte désavantageux depuis plusieurs années, les fonds en euro classiques proposés dans les contrats d’assurance-vie ne fascinent plus. Pour cause, la nature même des fonds qui les composent : les obligations. Alors, dans un tel contexte, les investisseurs sont de plus en plus nombreux à se tourner vers d’autres solutions pourtant équivalentes mais au potentiel de rendement plus intéressant : les fonds en euros investis dans l’immobilier. Bien qu’ils tirent facilement leur épingle du jeu en 2018, ces fonds ont vu leur rendement rester quasi stables d’une année sur l’autre, ce qui demeure rassurant pour les investisseurs.

L’immobilier, une bonne nouvelle pour les épargnants

Avec l’arrivée de ce support à prépondérance immobilière, l’assurance-vie fait une nouvelle foi preuve d’innovation sur le marché. Ayant pour fondement principal la garantie en capital, ce fond en euro se différencie de son prédécesseur le fonds en euros classique puisqu’il a la particularité d’être investi dans des actifs d’autres catégories et offrant bien souvent de meilleurs rendements. L’année dernière, les assureurs ont offert un bilan fortement contrasté puisque les fonds euro « nouvelle génération » ont servi des performances allant jusqu’à 3,40%, quand la moyenne nationale du fonds euro est de 1,50%.

Globalement investis directement ou indirectement dans de l’immobilier d’entreprise, cette catégorie de fonds euro génère des profits souvent bien supérieurs aux rendements proposés par les fonds euro investis en obligation. Ainsi, la qualité des baux commerciaux présents dans les fonds et leurs durées sont un indicateur de performance du fonds puisqu’ils permettent une stabilité des revenus locatifs et donc des performances durables.

Une solution envisageable, mais pas bancaire

Plus accessibles dans les contrats proposés par les conseiller en gestion de patrimoine indépendants que dans les contrats bancaires, ces fonds immobiliers sont souscriptibles dans des conditions d’investissement plus actives. En effet, victimes de leur succès, ces solutions alternatives restreignent leurs conditions d’accès par un prorata minimum à investir en Unités de Compte (UC), ce qui demeure une bonne nouvelle pour ceux qui souhaitent épargner sur plusieurs années. Ainsi, un investisseur désireux de s’offrir une solution prudente et optimisée devra oublier sa banque et se tourner vers un spécialiste de l’épargne.

Conclusion

Compte tenu de l’érosion actuelle des fonds euros classiques, il est irrécusable de constater que les fonds dits « pierre papier » représentent honorablement une alternative de placement. De plus, les conditions macroéconomiques actuelles font aussi les beaux jours de l’immobilier locatif.

Avec des taux d’intérêt toujours bas et des charges plus faibles dans certains pays d’Europe, les opérations sont rentables et bien diversifiées. Pour les français, l’immobilier génère de la confiance et de la projection, la pierre papier est ainsi une possibilité plausible.

À propos de l'auteur

Paul Buzy , Chef de projet patrimonial

Diplômé d’un Master en Gestion de Patrimoine et Immobilier à l’INSEEC, Paul BUZY rejoint l’équipe de Netinvestissement en 2018, après y avoir effectué son stage de fin d’études. Les différents postes qu’il a occupés précédemment dans des établissements bancaires le pousse finalement à opter pour l’indépendance et il fait le choix d’exercer le métier de chef de projet patrimonial au sein du cabinet le plus disruptif de la place.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides