L’assurance-vie : le placement de nos doyens !

Visa expert

L’article « L’assurance-vie : le placement de nos doyens ! » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 09/04/2015

L’année 2014 a été forte en émotion pour l’assurance-vie. En effet, 2014 fut une année de collecte record avec 21 milliards d’euros contre 12 milliards en 2013. Ces rendements se sont retrouvés en légère baisse avec un rendement moyen à 2.5%.Cette légère baisse s’explique avec un fonds en euros en perte de vitesse. Sa constitution à 80-90% d’obligations et la forte baisse des taux obligataires expriment cette baisse des performances. Nouvelle information supplémentaire en ce début 2015 : Les 1 500 milliards d’euros d’encours global seraient détenus à 44% par nos séniors. Retour sur une forte disparité d’âges chez nos assurances-vie.

succession

L’institut CSA a mené une enquête sur les profils de nos investisseurs français et dresse un panorama général sur la détention des produits financiers. C’est grâce à son Observatoire permanent de la banque, de l’assurance et du crédit (OPERBAC) que l’institut nous livre ces quelques chiffres. Cette enquête de novembre 2014 représente un panel de 8000 individus majeurs sondés par téléphone. Avec ces données, on observe deux constats :

85% des Français détiennent des produits d’épargne et de placement

La plupart de français disposent de produits financiers. A l’inverse, 1 Français sur six n’en détient aucun. Dans cette faible proportion (15%) nous retrouvons des demandeurs d’emplois, des familles monoparentales ainsi que des personnes dont le revenu du foyer serait inférieur à 1500 euros par mois. Ce sont principalement donc des classes de ménage avec une faible capacité d’épargne.

Parmi ces 85% de détenteurs de produits d’épargne et de placement, 47% ne possèdent que des produits de type livret d’épargne (Livret A, LDD, Epargne logement). Seulement 37% des gaulois, et principalement dans une tranche d’âge au-dessus de celle des 45 ans, ont de l’assurance-vie et/ou des valeurs mobilières (Obligation, Action, Sicav).

faire le point

L’assurance-vie, un produit sénior

Les personnes âgées de 65 ans et plus représentent 21% de la population majeure mais cette proportion de personne détient la moitié des avoirs placés sur les assurances-vie (44%). En comparaison, les moins de 35 ans, qui représentent un quart de la population majeure, détiennent seulement 5% de l’assurance vie.

On retrouve cet écart de génération dans les montants moyens des assurances vie. En effet, les 25-34 ans sont la population ayant le plus faible montant détenu en assurance-vie, seulement 10 700€ en moyenne, contre 63 000€ pour la tranche d’âge des 75 Ans et +.

Montant moyen détenu en € par tranche d’âge

Montant moyen détenu en € par tranche d’âge

Taux de détention par tranche d’âge

actu20150414-graphe2

Conclusion

Le constat est fait, l’assurance vie est plutôt un investissement dédié à nos séniors dans l’esprit des épargnants. Mais rappelons qu’une assurance-vie offre des performances, certes en baisse, mais largement supérieures à celles de notre produit français préféré : LE LIVRET A. Car oui, le livret A, maintenant à 1% ne permet plus de booster votre épargne. Alors quand les produits de livret d’épargne ne performent guère, pourquoi éviter ces contrats, voyons les plutôt comme des solutions alternatives avec un bon rapport rendement/risque. L’assurance-vie n’est surement pas populaire chez les jeunes mais peut-être est-elle mal connue par cette jeunesse ! Alors oui, les séniors détiennent une large partie des encours sur les assurances vie mais la recherche de performance ne doit pas avoir d’âge. L’assurance-vie constitue l’une des meilleures enveloppes fiscales sur le marché, et cela quelque soit votre âge. Renseignez-vous sur ce contrat auprès de nos conseillers ou en consultant nos articles comparatifs.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides