Assurance-vie : un regain d’intérêt des français

Visa expert

L’article « Assurance-vie : un regain d’intérêt des français » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 06/05/2014

Après une année 2012 marquée par les retraits, l’assurance vie a repris des couleurs en 2013 et cette tendance tend à se confirmer au vu des premiers chiffres de ce début d’année 2014. En effet, l’assurance vie connaît un très beau démarrage avec près de 2.3 milliards d’euros placés par les français au mois de mars.

Depuis le début de l’année, le montant de la collecte nette dépasse les 6 milliards d’euros et ce pour plusieurs raisons :

assurance-vie-arbre

Des français tournés vers l’avenir

Après une fin d’année 2013 marquée par un retrait massif des sommes d’argent (12.1 milliards d’euros en décembre 2013) conduisant à une collecte nette négative, il semble désormais que la tendance tende à s’inverser.

Depuis le mois de janvier, les français ne versent pas moins de 11 milliards d’euros chaque mois sur leur contrat d’assurance vie. Ce niveau élevé s’explique notamment par une volonté des français de s’assurer un avenir placé sous le signe de la sécurité et de la sérénité. Avec le livret A qui enregistre également une collecte nette positive de 2.1 milliards d’euros au premier trimestre, l’assurance vie se présente comme le produit d’épargne préféré des français.

Selon, une enquête menée par le cabinet Deloitte, près de 28% des français se disent prêts à souscrire un contrat d’assurance vie en vue de préparer leur retraite. Cet intérêt s’explique notamment par l’engouement pour les contrats multisupports. Rappelons que le contrat d’assurance vie multisupports est un contrat offrant la possibilité d’investir sur de nombreux supports (euros, actions, obligations, immobiliers,…).

faire le point

Une enveloppe fiscale aux nombreux atouts

Epargnée par la proposition du rapport Berger-Lefebvre prévoyant un alourdissement du régime fiscal, l’assurance vie continue d’offrir à ses détenteurs une imposition des revenus privilégiée avec notamment le maintien des possibilités d’opter pour les prélèvements libératoires en cas de retrait partiel ou total (plus avantageux lorsque le taux marginal d’imposition lui est supérieur).

En outre, depuis ce début d’année l’assurance vie connaît un élargissement de son éventail de placement avec la création du contrat « euro-croissance » qui se présente comme une troisième voie entre contrats en euros et contrats en unités de compte. Plus précisément, le contrat « euro-croissance » vise de meilleurs rendements que le fonds euros avec une garantie du capital mais seulement au bout de huit ans.

Une autre nouveauté a fait son apparition, le contrat « vie-génération » consistant à investir un tiers des fonds dans des entreprises de moins de 5000 salariés en contrepartie d’un avantage fiscal supplémentaire sur la succession (abattement de 20% s’ajoutant à l’abattement déjà offert de 152 500 euros pour les détenteurs d’un contrat d’assurance vie dit « classique »).

Conclusion

Présentée comme le réceptacle préféré de l’épargne financière des français (1 400 milliards d’encours), l’assurance-vie, au regard de ses nombreux atouts, constitue l’une des meilleures enveloppes fiscales sur le marché. Son cadre fiscal privilégié, ainsi que la multiplication de ses dérivés (contrat « vie-génération », contrat « euro-croissance »,...) n’ayant pas fini d’attirer l’attention des français.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides