Assurance-vie : une collecte en hausse au mois d’avril

Visa expert
ANAIS COURAUD AVATAR AUTEUR
Par Anais Couraud
Le 06/06/2018

L’article « Assurance-vie : une collecte en hausse au mois d’avril » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Après un millésime 2017 en demi-teinte, le produit assurance-vie est en « bonne santé ». En effet, la Fédération Française de l’Assurance (FFA), a publié le 25 mai dernier, les chiffres de l’assurance vie pour le mois d’avril 2018 : le bilan est favorable. Une bonne nouvelle pour les acteurs du marché, puisque les résultats progressent. La collecte nette repart en légère hausse par rapport au mois de mars et s’élève à environ 2 milliards d’euros. A noter que depuis le début de l’année 2018, le montant des cotisations s’établit à près de 7,5 milliards d’euros. Quelles sont les causes d’un retour vers ce produit refuge ?

Le constat

Pour faire l’état de la situation, il est nécessaire de revenir 12 mois en arrière, en pleine période de campagne présidentielle. Effectivement, une forme d’attentisme de la part des électeurs, s’est manifestée face à l’épineuse question de la fiscalité des biens immobiliers et placements financiers.

A cette même époque, le montant global de la collecte du premier trimestre atteignait à peine la barre du milliard d’euros. Force est de constater que les épargnants, un peu frileux, ont mis en suspens leur projet d’investissement en assurance vie.

Finalement, après une année complète de mandat présidentiel, les français reviennent en force vers l’assurance-vie. Pour être encore plus précis, les cotisations se sont établies à 11,8 milliard d'euros en avril.

Parallèlement, les retraits et rachats, n'ont pas dépassé la barre des dix milliards d’euros. On constate donc une double tendance : les cotisations ont monté et les retraits ont baissé.

Augmentation de la collecte : sur quels supports ?

La hausse des cotisations globales, depuis le début de l'année, n’est pas la seule bonne nouvelle. En effet, 29% des fonds ont été versés sur des supports dits en unités de compte. Cela suggère une progression de 2% en comparaison avec l’année dernière. Ces sous-jacents non garantis par l’assureur permettent néanmoins d’aller chercher de la performance et de la diversification pour compenser les résultats en baisse des différents fonds euros du marché.

Aujourd’hui, la ligne directrice des établissements financiers est d'augmenter cette part. La raison d’écarter les fonds euros, qui pourtant demeurent dominants et garantissent le capital investi, est en fait que leur rendement est devenu tellement faible (du fait notamment des nombreuses récentes nouvelles normes européennes plus contraignantes pour les organismes bancaires et assurantiels) qu’il a de plus en plus de mal à trouver sa place dans les allocations. A fortiori, cela oblige les compagnies à mettre de côté d'importantes réserves imposées par la réglementation de la directive Solvabilité II.

Conclusion

Dans les mois à venir, l’assurance-vie devrait continuer à être porté par le contexte économique. En effet, l’on constate généralement qu’en période d’inflation les ménages ont souvent tendance à épargner de nouveau. Compte tenu de la hausse du prix du pétrole et par précaution, les épargnants vont mécaniquement recommencer à placer leurs économies en assurance vie. A ce jour, l’encours total de ce placement s’approche doucement mais sûrement des 1 700 milliards d’euros, soit une progression de 3% en comparaison avec l’année précédente.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Anais Couraud , Conseillère en gestion de patrimoine

Après l’obtention d’un BTS Assurance en alternance à Groupama Gan Vie en tant que gestionnaire dans le Pôle Prévoyance, Anaïs ressort forte d’une première expérience dans le domaine de l’assurance de personnes. Par la suite, elle fait le choix de poursuivre ses études en Licence Professionnelle Métiers du Droit Privé à la Faculté de Bordeaux afin d’approfondir les connaissances juridiques et qu’elle a pu appréhender lors de son BTS. Grâce à ces 3 années dans le secteur de la protection de la personnes, Anaïs maitrise les différents produits assurantiels tels que la prévoyance, la santé, la retraite et l’assurance vie. Aujourd’hui, du fait de son intérêt pour les produits financiers et immobiliers, elle entreprend un Master en Gestion de Patrimoine et Marchés Immobiliers à l’INSEEC. Elle rejoint le groupe Net Investissement en 2017 à Bordeaux.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides