Assurance vie : une collecte en retrait en mars

Visa expert

L’article « Assurance vie : une collecte en retrait en mars » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 30/04/2013

Pour le 4ème mois consécutif, la collecte nette de l’ assurance vie est positive en mars mais elle n’atteint que 600 millions d’euros, un résultat en retrait par rapport aux 2 premiers mois de l’année.


Les bons résultats de l’assurance vie se poursuivent en mars mais dans une proportion moindre qu’en janvier et février. Selon les dernières statistiques publiées le 25 avril par l’Association française de l’assurance, la collecte nette (différence entre les versements et les rachats) est ainsi retombée à 600 millions d’euros contre 3,8 milliards d’euros en janvier et 2,3 milliards d’euros en février. Sur ce 1er trimestre, le solde est de 6,7 milliards d’euros ce qui contraste fortement avec l’année 2012 marquée par une décollecte record de 3,4 milliards d’euros.

assurance-vie-feuille

Les raisons de ce ralentissement

Ce fléchissement est principalement dû à une baisse du niveau des cotisations passées de 10,7 milliards d’euros en février dernier à 9,8 milliards en mars. Cela n’est pas surprenant dans la mesure ou une grande partie de la collecte de ce début d’année provenait de transferts de comptes titres suite au changement de fiscalité sur les actions et les obligations.


De plus, dans le contexte actuel de crise du pouvoir d’achat, les épargnants ont une nouvelle fois confirmé leur préférence pour les supports liquides et garantis. D’après les derniers chiffres de la CDC (Caisse des Dépôts et Consignations), au mois de mars, le Livret A et le LDD (Livret de Développement Durable) ont à eux deux collectés 2,79 milliards d’euros (contre 2,35 milliards en février). Malgré une rémunération en recul (1,75%) depuis février, ces deux livrets ont atteint une collecte nette de 16,5 milliards d’euros sur le premier trimestre soit deux fois et demie plus que l’assurance vie.

L’impact de la crise

D’après Philippe Cretel, économiste et secrétaire général du Cercle des épargnants, « malgré des résultats encourageants sur les 3 premiers mois, l’assurance vie continue à moins collecter que le Livret A et le LDD qui sont des produits de court terme […] Cette situation devrait renforcer la volonté du gouvernement de soutenir l’épargne longue ».


Dans leur rapport sur l’épargne remis le 2 avril dernier au Ministère de l’Economie et des Finances, les députés socialistes Karine Berger et Dominique Lefebvre préconisaient notamment la création d’un nouveau contrat d’assurance vie « euro croissance » afin d’orienter davantage l’épargne des particuliers vers les PME.


Cette option, qui permettrait d’offrir un meilleur rendement que les fonds euros actuels tout en garantissant le capital à une échéance fixée par le contrat, avait été bien accueillie par les assureurs.

Des signes favorables

Malgré ce ralentissement, certains signes sont cependant encourageants pour la collecte future de l’assurance vie.


Etant donné la baisse de l’inflation, il est probable que le taux de rémunération du Livret A tombe au 1er août prochain à 1,50% voir 1,25% contre 1,75% aujourd’hui offrant ainsi un appel d’air à la collecte. De plus, l’immobilier « valeur refuge » qui avait en partie expliqué la décollecte de 2012 semble s’essouffler. D’après l’enquête trimestrielle de conjoncture de l’INSEE parue le 25 avril, la demande de logements neufs a encore plongé en ce début d’année.

Conclusion

D’après Philippe Crevel, « il faudra analyser les résultats du 2nd trimestre pour mesurer l’impact de la récession sur les épargnants. Le gouvernement espère toujours une diminution de l’épargne pour soutenir la consommation ». A fin mars, les encours déposés sur les contrats d’assurance vie représentent 1 450 milliards d’euros. Un montant en progression de 3% sur 1 an.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides