Assurance-vie : va-t-il falloir prendre plus de risques en 2019 ?

Visa expert
ANAIS COURAUD AVATAR AUTEUR
Par Anais Couraud
Le 21/01/2019

L’article « Assurance-vie : va-t-il falloir prendre plus de risques en 2019 ? » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Aujourd’hui, notre regard se porte sur les marchés financiers. En effet, nous avions dernièrement abordé le sujet des marchés immobiliers au cours de l’année 2018. C’est au tour du secteur de la finance d’être analysé. Retour sur les performances de l’année passée et expectatives de l’année qui vient de débuter : quel est le ressenti des professionnels de la finance ?

Sans grande surprise, les différentes places boursières ont connu plusieurs corrections de marché. Les turbulences répétées tout au long de l’année sont venues casser la démarche des assureurs qui tentent d’attirer les épargnants vers les unités de compte. A contrario, on observe un retour vers les fonds euros même si leurs rendements a encore baissé (en moyenne 1,60% en 2018 contre 1,80% en 2017). Le sujet principal de ce début d’année est de continuer à convaincre les investisseurs à prendre un peu de risque.

Baisse de l’investissement en unités de compte

Les unités de compte permettent d'investir de l'argent sur les marchés boursiers sans avoir besoin d'acquérir directement des actifs, qu'il s'agisse d'actions ou d'obligations.

C'est un moyen efficace de diversifier son épargne tout en augmentant le rendement mais qui nécessite une prise de risque car le capital n’est pas garanti. Les assureurs sont friands de ces supports d’investissement dans leur contrat d’assurance vie. En effet, dans un premier temps, elles permettent d’offrir un meilleur rendement à l’assuré mais surtout, elles ne nécessitent pas d’immobiliser des fonds propres réglementés comme les fonds euros.

A fortiori, le fonds euros est un support à capital entièrement garanti par l’assureur mais dont les rendements baissent d’année en année.

Les études des professionnels de la finance démontrent que l’on observe une baisse de la collecte en unités de compte depuis le dernier trimestre de l’année 2018. Les assureurs restent donc dans l’attente vis-à-vis de l’orientation possible des épargnants face à leur contrat d’assurance vie.

Le moment d’investir ?

La boule de cristal n’existe pas même pour les analystes financiers les plus compétents. Néanmoins, les faits sont flagrants, les épargnants ont tendance à procéder à des rachats partiels, totaux ou encore des arbitrages lorsque la Bourse subit de grande périodes de volatilité.

En effet, à l’inverse, les français prendront plus de risque quand les marchés se portent très bien. Cet engouement massif, provoque des achats au plus haut niveau des marchés et donc une baisse des gains potentiels. Les professionnels de la finance sont unanimes, c’est lorsque les marchés sont bas que le moment est venu d’investir afin que la hausse future potentielle soit plus importante.

Le mot d’ordre sera : la pédagogie. Expliquer aux épargnants et investisseurs qu’au vu des performances négatives du CAC 40, le moment est idéal pour rentrer sur les marchés.

Conclusion

Il n’y a pas de recette miracle pour voir les performances de son contrat s’envoler. Néanmoins, plusieurs solutions sont à mettre en œuvre pour mettre toutes les chances de son côté : la diversification pour décorréler les zones et secteurs d’investissement d’un même portefeuille, l’investissement régulier pour lisser les performances et ajouter des classes d’actifs considérées « plus stables » comme l’immobilier. Vous souhaitez que votre contrat soit géré par nos spécialistes des marchés financiers ? Contactez-nous directement par tchat ou au 0805 111 934.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Anais Couraud , Conseillère en gestion de patrimoine

Après l’obtention d’un BTS Assurance en alternance à Groupama Gan Vie en tant que gestionnaire dans le Pôle Prévoyance, Anaïs ressort forte d’une première expérience dans le domaine de l’assurance de personnes. Par la suite, elle fait le choix de poursuivre ses études en Licence Professionnelle Métiers du Droit Privé à la Faculté de Bordeaux afin d’approfondir les connaissances juridiques et qu’elle a pu appréhender lors de son BTS. Grâce à ces 3 années dans le secteur de la protection de la personnes, Anaïs maitrise les différents produits assurantiels tels que la prévoyance, la santé, la retraite et l’assurance vie. Aujourd’hui, du fait de son intérêt pour les produits financiers et immobiliers, elle entreprend un Master en Gestion de Patrimoine et Marchés Immobiliers à l’INSEEC. Elle rejoint le groupe Net Investissement en 2017 à Bordeaux.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides