Assurance-vie : vers plus de concurrence entre les assureurs ?

Visa expert
Anais Couraud
Par Anais Couraud
Le 13/03/2019

L’article « Assurance-vie : vers plus de concurrence entre les assureurs ? » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Le contrat d’épargne favori des français est encore à la tête de notre une cette semaine. En effet, un grand débat tourne autour de l’assurance vie actuellement pendant que Bercy et les assureurs traditionnels s’y opposent fermement. Une volonté d’accroître la concurrence entre les assureurs est sollicitée de la part des associations de protection des consommateurs.

Le contrat d’épargne favori des français est encore à la tête de notre une cette semaine. En effet, un grand débat tourne autour de l’assurance vie actuellement pendant que Bercy et les assureurs traditionnels s’y opposent fermement. Une volonté d’accroître la concurrence entre les assureurs est sollicitée de la part des associations de protection des consommateurs.

Dans un autre contexte équivalent, la loi PACTE doit être votée pour faciliter la regroupement des contrats d’épargne destinés à la retraite. Le sujet est actuellement entre les mains de l’Assemblée qui doit présenter un premier verdict au cours de la première semaine du mois de mars.

Pourquoi un transfert est-il nécessaire ?

A ce jour, le « transfert » à proprement dit d’un contrat d’assurance vie n’est pas possible. En effet, il est permis de transférer ces fonds d’un assureur à un autre, mais l’enveloppe assurantielle ne suivra pas. C’est-à-dire qu’il faut procéder à un rachat total du contrat d’assurance vie actuel, ce qui entraine la clôture imminente du contrat puis placer la somme sur un nouveau contrat. Résultat final : l’épargnant perd en totalité l’ancienneté acquise, soit la fiscalité avantageuse de l’assurance vie après 8 ans de détention.

Pourtant, il s’avère nécessaire d’opter pour la transférabilité de l’assurance vie dans le but de ranimer la concurrence entre les assureurs. A noter que les rendements bas proviennent en particulier du fait que les banques et assureurs manquent cruellement d’objectivité. En effet, tenus par leur propre « maison » les assureurs vont proposer uniquement leurs propres contrats, leurs propres fonds et cela peu importe les rendements qu’ils procurent.

De plus, ils font souvent le choix de la facilité en optant pour une gestion sécuritaire principalement investie en fonds euros. Aujourd’hui, en passant par une banque ou un assureur classique, les rendements sont compris entre 1,5% et 2,5% net sur un gestion standard.

Une fragilisation des assureurs

Ce débat qui attise les flammes entre les conseillers en gestion de patrimoine indépendants et les banques inquiète surtout le ministère de l’économie. En effet, l’investissement en assurance vie est un facteur clé pour l’économie et la création de richesse.

L’idée d’une transférabilité à tout moment remettrai alors en cause la vocation d’un investissement à long terme que suppose l’assurance vie. Cela engendrerai une perte à tous les niveaux, une perte de gains pour l’assureurs, une perte pour l’investisseur et une perte pour l’économie.

Conclusion

Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, reste ouvert au débat. Le sujet est passé en examen le 5 mars dernier et l’on reste dans l’attente du verdict. Votre assurance vie ne vous rapporte rien ? Vous souhaitez obtenir un conseil et un suivi personnalisé ? Contactez nous directement au 05.56.44.79.94 ou directement sur notre Tchat.

À propos de l'auteur

Anais Couraud , Conseillère en gestion de patrimoine

Après l’obtention d’un BTS Assurance en alternance à Groupama Gan Vie en tant que gestionnaire dans le Pôle Prévoyance, Anaïs ressort forte d’une première expérience dans le domaine de l’assurance de personnes. Par la suite, elle fait le choix de poursuivre ses études en Licence Professionnelle Métiers du Droit Privé à la Faculté de Bordeaux afin d’approfondir les connaissances juridiques et qu’elle a pu appréhender lors de son BTS. Grâce à ces 3 années dans le secteur de la protection de la personnes, Anaïs maitrise les différents produits assurantiels tels que la prévoyance, la santé, la retraite et l’assurance vie. Aujourd’hui, du fait de son intérêt pour les produits financiers et immobiliers, elle entreprend un Master en Gestion de Patrimoine et Marchés Immobiliers à l’INSEEC. Elle rejoint le groupe Net Investissement en 2017 à Bordeaux.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides