Le 3ème pilier de l’assurance-vie selon Pierre Moscovici

Visa expert

L’article « Le 3ème pilier de l’assurance-vie selon Pierre Moscovici » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Karl Toussaint du Wast - le 05/11/2013

A l’heure où les rendements des fonds euros adossés aux contrats d’assurances vies ne finissent pas de baisser depuis 4 ans et à l’instant où sur les 1400 milliards d’actifs placés sur les assurances vies sont composés à 80% de fonds euros, le Ministre de l’économie et des finances Pierre Moscovici vient d’annoncer la création d’un 3ème pilier de l’assurance vie : Les fonds euro-croissance.

Les deux premiers piliers sont les fonds euros et les unités de comptes, ces derniers étant essentiellement composés de fonds en actions.

moscovici2

Le comportement des assurés pousse à la création du troisième pilier

Depuis 2008, lorsque la crise des « SubPrimes » a éclaté, les assurés ont davantage orienté leur épargne vers les fonds euros et ont peu à peu délaissé les unités de comptes. En effet, les fonds euros sont garantis à l’inverse des unités de comptes.

La plupart des fonds euros sont placés à plus de 85% sur de la dette d’Etat des pays de la zone euro, et malheureusement la nouvelle crise de la dette souveraine a provoqué la baisse des rendements de ces fonds. Ils étaient au-delà des 5% net de rendement, aujourd’hui pour la plupart en dessous de 3%, voire 2% pour certains contrats, notamment ceux proposés par les banques traditionnelles, et cela continue encore de descendre.

Néanmoins, nous pouvons remarquer sur le marché, 2 fonds euros qui ont réussi à maintenir les rendements au-delà des 4% net (2012 : le premier du classement 4,15% le fonds SECURIPIERRE, le second 4,01% le fonds EURO Allocation Long Terme)

Le premier du classement ne détient en effet aucune obligation d’Etat, sa stratégie est de placer majoritairement sur des OPCI, donc déconnecté de la crise de la dette publique.

Dans la mesure où les fonds euros actuels sont très peu placés sur les actions, (moins de 10% en général), le gouvernement a dû réfléchir sur différents moyens pour encourager les épargnants à orienter leurs épargnes vers les PME-ETI, considérés comme « génératrice d’emplois ».

A la fin du 1er semestre, nous avons donc vu l’élaboration du PEA orienté PME-ETI. Mais le gouvernement est encore allé plus loin, la mise en place des FONDS EURO-CROISSANCE pour soutenir le financement des entreprises.

Quoi de nouveau dans la création des contrats d’assurance vie en fonds euro-croissance ?

  • Fonds à capital garanti (déjà en vigueur pour les fonds euros)
  • Fonds orientés vers les actions pour chercher un meilleur rendement (nouveauté)
  • Obligation de conserver le fonds durant 8 ans (nouveauté) pour maintenir la garanti en capital

Conclusion

Sur le papier, cela semble intéressant, cependant si l’objectif du gouvernement est de soutenir rapidement le financement des entreprises « PME-ETI » il devra compter sur les plus gros contrats d’assurance vie en fonds euros ou multi support, dont les fonds peuvent être mobilisés rapidement, à l’instar de l’épargne programmé.

Donc la question que tout le monde se pose : comment les assurés peuvent-ils être incités à faire racheter (totalement ou partiellement) leurs contrats actuels et verser les fonds sur un contrat d’assurance vie en fonds euro-croissance, alors que le droit actuel leur ferait perdre l’antériorité fiscale ?

C’est aujourd’hui à quoi le Gouvernement doit réfléchir.

À propos de l'auteur

Karl Toussaint du Wast , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Karl Toussaint du Wast débute sa carrière professionnelle à New York à l'âge de 20 ans où il fonde sa première entreprise dans la tour 1 du World Trade Center : Une société de distribution de matériel informatique. Le 11 septembre 2001, les attentats du WTC le contraignent à rentrer en France où il se recentre sur sa formation initiale et devient consultant en recrutement dans les métiers de la finance, puis chasseur de têtes dans un grand cabinet parisien. Après de nombreuses missions de recrutement pour le compte de banques, de sociétés de gestion ou de promoteurs immobiliers, il s’associe à Stéphane van Huffel et créé Wast and Van puis Netinvestissement.fr Karl Toussaint du Wast est aujourd’hui Président du Groupe Wast&Van.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides