Marché de la dépendance : la place des assurances

Visa expert

L’article « Marché de la dépendance : la place des assurances » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 23/03/2013

Dans un discours de fin janvier 2013 du Président de la République François Hollande : « Il y aura le partage entre la solidarité nécessaire parce que nous sommes un pays de cohésion sociale et la responsabilité individuelle, personnelle, indispensable »


En d’autres termes, le Président souhaite mutualiser les coûts liés à la perte d’autonomie des individus des personnes vieillissantes.

banque confiance

Une population vieillissante de plus en plus dépendante : solutions

Dans un contexte où les personnes âgés ont de plus en plus de mal à financer leurs pertes d’autonomies, les compagnies d’assurances, mutuelles et institutions de prévoyance ont donc travaillé pour mettre en place un système pour financer cette perte d’autonomie. Certaines n’avaient pas attendu l’annonce du gouvernement et s’y sont employées depuis 2 ans, mais cela reste encore au stade de balbutiement.


Ce système est simple : l’assuré verse une cotisation mensuelle, déterminée par son âge, et dès lors que sa perte d’autonomie est avérée, il perçoit une rente minimale.

Les difficultés de mise en place d’un cadre règlementaire pour le marché de la dépendance

Cette annonce a soulevé 2 principales inquiétudes :

  • La première réside au sein même du parti socialiste qui avait longtemps défendu l’idée d’une couverture universelle et solidaire. Quand l’UMP était au pouvoir pour présenter l’idée d’une couverture proposée quasi intégralement par le secteur privé, cela avait provoqué un tollé dans l’opposition.
  • La deuxième inquiétude concerne les professionnels, c’est-à-dire les mutuelles, compagnies d’assurances et institutions de prévoyance. En effet, le gouvernement a prévu d’encadrer strictement le marché de la prévoyance en établissant des grilles de cotisations et de versement de rentes. Les professionnels redoutent des grilles inappropriées.

Un manque de visibilité règlementaire pour les professionnels afin élaborer des solutions

Pour l’instant les professionnels naviguent dans le flou, tant que le gouvernement n’aura pas statué clairement sur le cadre règlementaire du marché de la dépendance, ce marché encore étroit restera à un stade primaire. A la mi-mars 2013, les professionnels auront un premier jet de ce cadre règlementaire.

Conclusion

Dans les faits, lorsqu’une personne âgée perd son autonomie, elle est souvent placée dans des établissements spécialisés médicalisées, et bien souvent la pension de retraite publique est insuffisante. C’est la raison pour laquelle ce sont les descendants qui prennent en tout ou partie le coût de cette perte d’autonomie.

In fine, la question reste toujours la même : Comment trouver l’argent ? Et éviter d’être pour ses proches d’être un fardeau financier ?

En attendant que le gouvernement se positionne clairement sur ce sujet, il est plus que judicieux de trouver une solution dès maintenant pour se créer des rentes à vie afin de ne pas être une charge pour nos enfants.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides