Les devises séduisent les particuliers

Visa expert

L’article « Les devises séduisent les particuliers » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 21/09/2011

« Avec une Bourse en berne, les particuliers se tournent de plus en plus vers le marché des devises. Mais le plus vaste des marchés, en forte croissance de surcroît, s'avère redoutable et souvent imprévisible à court terme. Loin de l'argent facile. »

Actualité

Le marché des devises :

Sur le marché Forex quatre monnaies s’affrontent continuellement, le Dollar, l’Euro, le Yen et le Livre Sterling sous l’œil attentif des courtiers d’aujourd’hui : après les courtiers en ligne ou « day trader », les « cambistes d’un jour » font leur entrée.

Ces différentes monnaies et leurs 4 000 milliards de dollars de volumes d’échanges quotidiens attirent de plus en plus de particuliers souhaitant placer leur argent vers le Forex. Après la forte envolée des marchés boursiers, le Forex et donc les devises constituent une base d’actifs bien moins volatiles et plus rassurante que les actions.


Pour exemple, Pierre Antoine DUSOULIER, président de Saxo Banque : « La filiale en France de Saxo Banque qui traite sur les devises (et autres dérivés de change) est estimée de 6 à 7 milliards d’euros lors d’un mois classique. Nous avons même vu nos transactions dépasser les 10 milliards d’euros en aout, alors que les marchés était en pleine tourmente ».

Les changes et dérivés représentent un peu moins des deux tiers des revenus de Saxo Banque.

Les devises sur le marché :

L’Euro-dollar ainsi que l’Euro-Franc Suisse suscitent le plus d’intérêt auprès des clients, car ils ont la propriété d’être plus liquide et active (prés de 400 milliards de dollars soit 290 milliards d’euros échangés chaque jour, en ne prenant en compte que les transactions au comptant) selon la Banque des règlements internationaux.

« Certains individus n'hésitent pas à y spéculer pour plusieurs dizaines de millions d'euros grâce à l'effet de levier, qui n'est pas limité en France, à la différence des Etats-Unis et du Japon. »

Actualité

De ce fait, les devises, moins volatiles que les actions sont cependant, elles aussi, possiblement soumises « au trou d’air » notamment si l’on prend en compte les monnaies sensibles voire très sensibles à l’environnement international et à la montée des risques. Il est important de souligner que l’aspect sécuritaire des marchés de change est également du à la présence très régulière (plus régulière que sur les marchés de la bourse) des banques centrales intervenant pour y mettre régulièrement de l’ordre.

Le but n’est plus de miser sur les résultats des sociétés mais bien de miser sur la conjoncture, plus précisément, « nos clients se positionnent souvent au moment des annonces de statistiques et chiffres importants, américains ou européens, constate André Tuéni, « sales trader » (vendeur) chez Saxo Banque. Ils essaient alors de tirer parti de la volatilité et des mouvements erratiques qui peuvent se produire en cas de surprise (chiffre éloigné du consensus). »

lassurance-de-pret

Le constat du marché est simple

Le constat du marché est aujourd’hui simple : les particuliers, anciens adeptes des marchés ou de la finance, sont toujours à la recherche de l’excitation propre aux marchés des placements financiers, et pas seulement, comme l’on serait tenter de croire, à la performance. Cette clientèle intéressante, active sur les marchés et avertie, est très rentable pour les organismes professionnels du fait de leurs positions sont souvent significatives sur les devises.

Cela s’explique par le fait que les particuliers, comme les professionnels, sont égaux face au hasard des changes à court terme. En effet, faute de mieux, ils ont recours à l'analyse des graphiques afin de pourvoir prévoir les mouvements des changes. Particuliers et professionnels ont donc recours aux mêmes outils.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides