Baisse significative du cours de l’or

Visa expert

L’article « Baisse significative du cours de l’or » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 27/11/2015

Le cours de l’or vient de connaître une forte baisse, sont cours n’a jamais été aussi bas depuis 2010. Neuf milliards de dollars d’encours ont été soustrés depuis janvier, après une baisse marquée au troisième trimestre. Quels sont les facteurs ayant engendré cette forte baisse ? Le cours de l’or va-t-il connaître une nouvelle hausse ? Que doivent faire les investisseurs ?

investir-dans-l-or

Les investisseurs vendent en masse les fonds endossés au métal précieux, mais...

Malgré un répit courant du mois d’octobre, les matières premières ont continué de chuter, ce qui n’a pas épargné l’or. Le métal précieux a connu une baisse significative la semaine dernière, plongeant à son plus bas niveau depuis février 2010. Il frôle désormais le seuil des 1 000 euros l’once. La Réserve Fédérale Américaine (FED), s’est exprimée sur son intention de faire augmenter les taux d’intérêts prochainement, le mois de décembre est parfois évoqué.

Une première depuis bientôt dix ans, qui marquera officiellement la fin d’une politique monétaire portée sur les cours des métaux précieux. L’or va donc entrer, dans une nouvelle ère, où son attrait va s’affadir un peu. En effet, les cours de l’or sont extrêmement sensibles à l’évolution des taux, l’or devient traditionnellement moins attractif lorsque ces derniers augmentent. Au fur et à mesure que le mois de décembre approche, les investisseurs fuient le métal jaune qui, en 2015 devrait entrer dans sa troisième année de recul consécutive.

Cependant, dans les périodes troublées, les investisseurs reviennent tout naturellement vers cette valeur refuge. C’est le cas actuellement, avec les évènements tragiques que connaît la France. Devant une situation aussi grave et inquiétante, un grand nombre d’investisseur estiment qu’il faut alors acheter de l’or. Un sursaut sans doute provoqué par la montée de l’aversion au risque, suscitée par les attentats de Paris.

Les Banques Centrales continuent d’acheter de l’or

Toutefois, les acheteurs d’or sont au rendez-vous. Entre juillet et septembre, lingots, pièces et bijoux ont enregistré leur plus forte demande depuis deux ans (World Gold Council). Aux Etats-Unis, la seule demande de lingots et de pièces s’est envolée de plus de 200%, à un niveau sans précédent depuis cinq ans.

Sur le continent européen, les acheteurs d’or se sont fait plus rares du fait des inquiétudes continues liées à la crise financière grecque et aux tensions persistantes entre la Russie et l’Ukraine.

La Chine et l’Inde, premiers pays consommateurs de la planète, ont profité de l’affaiblissement des cours de l’or, notamment en juillet. La banque Centrale chinoise, avec la Russie et le Kazakhstan font partie des institutions qui achètent le plus cette année.

Conclusion

Ainsi, malgré une baisse de valeur, les détenteurs d’or n’ont pour autant pas perdu d’argent en 2015. Depuis le début de l’année, l’once a certes perdu 9% en dollars, mais a gagné 3% en euros. Ensemble, les Banques Centrales ont cumulé 175 tonnes au troisième trimestre : il s’agit du deuxième volume le plus important jamais enregistré. Le cours de l’or connaît une légère remontée qui s’explique par l’instabilité géopolitique mondiale mais cette dernière risque de ne pas se maintenir dans la durée, car les marchés financiers vont de mieux en mieux.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides