L’or ne serait-il plus une valeur refuge optimale ?

Visa expert

L’article « L’or ne serait-il plus une valeur refuge optimale ? » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 03/08/2012

L’or a toujours eu la réputation d’être une valeur refuge optimale. La crise économique et financière lui a en quelques sortes profité puisque les investisseurs se sont rués sur cette valeur dite sûre, entraînant des records historiques de prix. Pourtant, il semblerait qu’à ce jour la valeur stagne et elle ne ferait plus si bonne figure. Retour sur ce phénomène qui interroge même les plus grands spécialistes.

argent

L’or : valeur refuge de référence

Valeur refuge par excellence. C’est ainsi que l’or est souvent défini car son insensibilité à l’inflation en fait une valeur sûre dans laquelle l’épargnant peut placer son argent, loin des trépides variations des marchés.


A noter que l’or en métal physique se différencie de l’or papier qui n’est pas considéré comme une réelle valeur refuge alors que le placement en métal physique n’est pas non plus un investissement à capital garanti puisque un risque de baisse des cours existe aussi.


Néanmoins, aux yeux des investisseurs, le fait que ce métal soit une valeur moins sujette aux fluctuations boursières en fait une valeur refuge de référence.

L’or est aussi devenu une valeur refuge optimale d’autant plus plébiscitée par les investisseurs que depuis 2005 il est possible d’acheter des lingots ou pièces d’or via un compte-titres.


Même s’il est considéré comme un bon placement, l’investissement dans l’or réclame des sommes conséquentes. Comptez plus de 40000 euros pour un lingot d’or. Toutefois, vous pouvez vous limiter à l’achat des pièces en or.


Enfin, le placement en or n’échappe pas à la fiscalité mais elle n’est pas la même selon la nature de la détention. Si l’or est détenu en direct, l’investisseur peut choisir entre la taxation de 8% sur le capital ou l’application du prélèvement libératoire sur la plus-value.


En revanche, si l’achat d’or est effectué via un compte-titres, c’est la fiscalité des plus-values sur compte-titres qui s’applique. En sachant que dans tous les cas, l’or est un placement exonéré au bout de 12 ans de détention sur justification de la date d’acquisition.

Une valeur refuge qui stagne

Avec les nombreuses et importantes fluctuations des marchés financiers du fait d’une incertitude ambiante et d’un pessimisme récurrent vis-à-vis des solutions présentées pour résorber la crise, la valeur refuge par excellence devrait rester l’or car le métal précieux résiste à la volatilité.


Depuis longtemps l’or est en effet considéré par les investisseurs comme un refuge à l’inflation ; si bien que la valeur « or » est montée en flèche ces dernières années du fait de l’augmentation des placements.

or

Pourtant, alors qu’actuellement les marchés sont plus que jamais chahutés, le cours de l’once d’or stagne. Faudrait-il y voir les signes avant-coureurs d’une reprise inflationniste ? Rien n’est moins sûr, d’autant que le spectre de cette arrivée de l’inflation se fait de plus en plus sentir sur la Zone Euro. En attendant, les spécialistes considèrent que le plafond actuel de valeur de l’or ne peut pas continuer à progresser, et nombreux sont ceux qui s’attendent à une correction de marché.

Conclusion

L’or est historiquement une valeur refuge et le fait que ce métal précieux ne semble plus être la valeur refuge optimale tant privilégiée par les investisseurs est un mystère encore non élucidé par les spécialistes. Les perspectives économiques impactent-elles finalement aussi l’or ? Les investisseurs ont-ils atteint leur seuil de détention d’or ? Difficile d’expliquer le phénomène. Une chose est sûre, l’or reste tout de même une valeur refuge mais la leçon à prendre de cette stagnation est peut-être qu’il est opportun d’élargir ses perspectives de placements, notamment en matière de placements originaux.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides