Assurance prêt immobilier : le cas des fumeurs

Visa expert
avatar
Par Stéphane van Huffel
Le 30/08/2018

L’article « Assurance prêt immobilier : le cas des fumeurs » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Pour mener à bien un projet d'acquisition de maison, le recours à un prêt immobilier est courant. Dans ce cas, le futur propriétaire est dans l’obligation de prendre une assurance emprunteur afin de se couvrir en cas d’incapacité de remboursement. Si une telle démarche se révèle bénéfique à bien des égards, il convient de souligner que les conditions liées au contrat d'assurance peuvent varier en fonction de l’assuré. C'est le cas par exemple des fumeurs dont les dossiers sont traités avec une attention toute particulière.

Les fumeurs sont rangés en catégories à partir du nombre de cigarettes qu’ils fument par jour. Ainsi, un fumeur qui fume beaucoup payera plus qu’un fumeur occasionnel. Même si la personne bénéficiaire de l’assurance prêt immobilier se met à fumer après l’établissement du contrat d’assurance, elle doit le déclarer à son assureur.

En outre, depuis, le 1er janvier 2018, grâce à l’amendement Bourquin en France, les fumeurs comme les non-fumeurs ont la possibilité de changer d’assurance à chaque date d’anniversaire du contrat. Voilà une nouvelle donne qui pourrait amener les emprunteurs qui fument à rechercher régulièrement les offres les plus favorables pour eux.


Le tabagisme et l'assurance prêt immobilier, quel impact ?

Il est tout à fait possible pour un fumeur de contracter une assurance prêt immobilier auprès de son établissement bancaire, ou encore auprès d’un courtier en ligne spécialisé dans l’assurance emprunteur comme Magnolia. Cependant, les conditions d'accès à ce type de contrat ne sont pas pareilles pour tous. En effet, pendant qu'un non-fumeur paie une prime assez raisonnable, le fumeur hérite d'un tarif plus élevé pour la même assurance prêt immobilier.

Assurance crédit immobilier pour les fumeur

À conditions égales, la marge peut être particulièrement prononcée du fait du profil à risques que représente ce type d’emprunteurs.

La première conséquence qui découle de ce constat est la surprime que les compagnies d'assurance font payer. De par l'investissement que représente l'assurance de prêt immobilier, il n'est pas superflu de chercher à négocier les meilleures conditions. Mais cette option est particulièrement limitée pour les fumeurs.

La surprime est considérée comme le moyen le plus approprié par les assureurs pour compenser les risques qu'ils couvrent avec l'assurance emprunteur. Même si les profils classiques comme ceux des non-fumeurs sont aussi exposés, les cas des fumeurs sont jugés plus durement. Au vu de cette situation, il existe désormais plusieurs solutions à adopter pour bénéficier de plus de souplesse.


Comment réduire ses cotisations d'assurance de crédit immobilier quand on est fumeur ?

Assurance crédit immobilier pour les fumeur

Pour un emprunteur fumeur, la principale difficulté lors de la souscription d'une assurance de prêt immobilier réside dans sa capacité à alléger le montant de ses cotisations. Dans ce cas de figure, certains peuvent être tentés de taire le fait qu’ils soient fumeurs sur la déclaration d’état de santé.

Cependant, cette option est fortement déconseillée dans le cadre d'une assurance emprunteur puisqu'elle engendrerait une perte totale et définitive de son statut d’assuré. Non seulement on se verrait refuser une quelconque couverture, mais les primes payées seraient perdues. Quand on sait qu'en cas de sinistre les assureurs mènent des enquêtes, il est préférable de s’en tenir à la stricte vérité.

Pour se situer par rapport à son état, il faut se référer à la considération qu'ont les assureurs des non-fumeurs. En substance, pour être jugé non-fumeur, il faut avoir passé 24 mois sans avoir fumé. Cela vaut également pour ceux qui vapotent et souhaitent prendre une assurance prêt immobilier.

À la lumière de ces éléments, arrêter de fumer peut mener à une réduction des primes d’assurance emprunteur ; reste évidemment à prouver l'arrêt effectif de la consommation de cigarettes sur une période de 24 mois.


La délégation d'assurance, une alternative intéressante

Faire jouer la concurrence qui existe sur le marché de l'assurance est un moyen pratique d'éviter les surprimes. L’emprunteur a, grâce à la délégation d'assurance, la possibilité de choisir entre plusieurs offres afin de déterminer celle qui lui sera le plus favorable.

Assurance crédit immobilier pour les fumeur

Cette solution est d'autant plus intéressante que les contrats proposés par les organismes de prêt ne sont pas toujours adaptés aux besoins des clients. Ceux-ci peuvent s'en remettre au droit de résiliation pour sélectionner une meilleure offre. Ce geste est motivé par le fait que l’assurance emprunteur coûte deux fois plus cher pour un fumeur.

Il faut noter que dans l'optique d'une réduction des primes, prendre l'engagement d'arrêter de fumer est une démarche à envisager. De cette façon, l’emprunteur peut prétendre à une renégociation à la baisse des tarifs même en cours de contrat. La surprime pour les fumeurs se situant généralement entre 20 et 50 %, voire plus dans certains cas, il est légitime de chercher à obtenir de meilleures conditions.

Pour les assureurs, la consommation de cigarettes est un facteur de risque aggravé. Alors, ils mettent les garde-fous nécessaires pour ne pas prendre de gros risques comme c’est le cas avec les personnes ayant une pathologie jugée grave.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides