La baisse des taux des prêts immobiliers continue

Visa expert

L’article « La baisse des taux des prêts immobiliers continue » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 19/05/2014

Au cours du mois d’Avril 2014, une nouvelle baisse des taux d’emprunt a été enregistrée passant de 3% à 2.95% sur 15 ans et de 3.30% à 3.25% sur 20 ans.

Loin de la hausse attendue par de nombreux experts, si ce constat ouvre de nouvelles opportunités à tous ceux ayant souscrit des prêts au cours des dernières années, elle n’est pas sans susciter des interrogations.

La principale justification à retenir d’une telle baisse réside dans la volonté des banques d’attirer de nouveaux clients. En effet, ayant accumulé un retard au niveau de leur production, les banques continuent d’afficher des taux de prêts toujours plus compétitifs en vue d’élargir leur clientèle et ainsi de fidéliser davantage cette dernière.

pret-immobilier

Une renégociation possible des taux contractés antérieurement

Les conditions avantageuses qu’offre une telle baisse appellent les personnes ayant souscrit un prêt au cours des années précédentes à négocier leur taux.

Actuellement, plus de 10 000 dossiers sont envoyés chaque mois et ce au bonheur des banques qui y voient un moyen de fidéliser leurs clients sur le long terme par le biais d’une souscription à un prêt compétitif.

Sont concernés par cette possible négociation, les personnes ayant souscrit des prêts immobiliers entre 2007 et 2009. A l’inverse si vous avez souscrit au cours de l’année 2010, une telle opération ne saurait être rentable dans la mesure où les taux ne sont pas beaucoup plus élevés aujourd’hui. En effet, pour que cela soit avantageux, il faut que l’emprunteur profite d’une différence égale à 0.7 points.

pret-bancaire

Une hausse du pouvoir d’achat immobilier

Largement profitable au pouvoir d’achat immobilier, la baisse des taux d’intérêts présente de nombreux avantages, ainsi pour un emprunt de 200 000 euros, et une mensualité de 1000 euros, l’économie actuellement réalisée avoisinerait les 27 000 euros par rapport à un emprunt contracté en 2012.

Cette baisse du coût de crédit de 25% en l’espace de 2 ans ne semble pas, pour autant, être promue à un avenir certain. En effet, selon un constat récent, une hausse des taux devrait faire son apparition.

Une baisse des coûts des crédits à l’avenir incertain

Si la période actuelle est favorable aux emprunts immobiliers, les taux pourraient remonter plus tôt que prévu et ce pour différentes raisons. En effet, la concurrence opérée entre les différentes banques commencerait à s’affaiblir au détriment des consommateurs, notamment en raison d’une augmentation des contraintes règlementaires.

Cette nouvelle réglementation poussant les banques à équilibrer davantage le rapport entre dépôts et crédits, conduirait à une politique plus sévère en matière de crédit. Les conseillers étant davantage incités à ne plus accorder de crédit en l’absence d’apport personnel.

Conclusion

Avec une baisse de plus de 25% des coûts des crédits, l’année 2014 s’annonce propice aux emprunts. L’immobilier présentant de nombreux avantages, notamment en matière fiscalité, le temps n’est plus à l’hésitation. Cependant, l’annonce récente d’une possible hausse des taux d’intérêt et d’un durcissement des conditions d’emprunt tend à réduire le lapse de temps restant pour profiter de taux avantageux.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides