Les taux de crédit encore en baisse

Visa expert

L’article « Les taux de crédit encore en baisse » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 07/05/2015

Nouveau record historique ! Alors qu’en mars 2015 les emprunteurs s’endettaient à 2.11% en moyenne, contre 2.21% en février, aujourd’hui ils empruntent à 2.03% en moyenne. La conséquence ? Le mix entre un dispositif Pinel accélérateur pour le marché immobilier et des taux de plus en plus bas donne le goût à l’achat pour nos contribuables. En une année, le nombre de prêts immobiliers s’est élevé de 28%. Retour sur ce marché propice à l’immobilier.

Les taux de crédit encore en baisse

Des taux toujours plus bas

En mars, on constatait déjà un taux d’intérêt extrêmement avantageux pour les investisseurs désireux d’acheter un bien immobilier. Tous les prêts étaient inscrits à un taux inférieur à 3.5%. La durée d’emprunt quant à elle restait stable et estimée en moyenne à 17.4 ans. En avril, la chute des taux s’est poursuivie selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Aujourd’hui, il s’évalue à 2.03% en moyenne soit une baisse de 3.94% en 1 mois. Les différences entre le neuf et l’ancien :

  • Dans le neuf, le taux moyen en avril s’établit à 2.02% (contre 2.19% en mars) pour une durée moyenne de 18.75 ans.
  • En revanche, dans l’ancien, la durée moyenne du prêt est quasi similaire à celle des logements neufs, 18.58 années et le taux moyen lui est un peu plus élevé que celui du neuf à 2.05% en avril contre 2.11% en mars.

D’une manière générale, plus de la moitié des emprunteurs ont recours à un prêt pour une durée supérieure à 20 ans (54.2%). Les durées de crédit s’allongent de plus en plus. Ceux pour une durée inférieure à 15 ans sont de moins en moins nombreux (22.7% au premier trimestre 2014 contre 17.2% au premier trimestre 2015). L’explication provient de l’apport qui se trouve de plus en plus faible comparé à l’année dernière (-12.2%) et obligent donc les ménages à emprunter sur une durée plus longue. Et bien évidemment, le taux varie aussi en fonction du montant de votre apport. Les différences de taux d’emprunt se creusent entre un profil emprunteur ayant un apport et de bons revenus et les autres…

Le nombre de prêts augmente

C’est un constat sans précèdent : +28% en un an sur le volume de prêts immobiliers. Plusieurs facteurs encouragent les français à franchir le cap de l’acquisition immobilière :

  • Des taux extrêmement bas : on estime que cette situation exceptionnelle de taux d’emprunt bas depuis 2013 équivaut à une baisse des prix de 9% dans l’ancien et de 8.5% dans le neuf. Les français l’ont bien compris et profitent de cette opportunité de marché extrêmement favorable à l’investissement immobilier.
  • Un dispositif Pinel qui encourage et pousse les investisseurs à acheter
  • Des aides toujours présentes pour aider les primo-accédants : elles sont jugées nécessaires et se sont amplifiées en un an. 61% des contribuables ont pu bénéficier de ce soutien de l’Etat, comme par exemple, le prêt à taux zéro. Ces dispositifs d’aide ont satisfait 92% des primo-accédants. Grace à ce coup de pouce du public, ces nouveaux propriétaires sont désormais de plus en plus nombreux et sont à l’origine de 35% des transactions de ce premier trimestre 2015 contre 31% l’année dernière.

Conclusion

Quand l’immobilier va, tout va. En voyant ces quelques chiffres optimistes de ce début d’année 2015, nous pouvons dire que nous avons bon espoir pour le reste de l’année. Les mauvaises performances de l’année 2014, où le nombre de crédits avait chuté de 6.4% sont bel et bien derrière nous. La reprise de la production est portée par un dynamisme de la demande.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides