Crowdfunding : portrait-robot de l’investisseur

Visa expert
Anais Couraud
Par Anais Couraud
Le 01/06/2018

L’article « Crowdfunding : portrait-robot de l’investisseur » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

En premier lieu il est important de bien définir le terme « crowdfunding » et comprendre les tenants et aboutissants qu’il suggère. Le financement participatif ou crowdfunding en anglais, est employé pour décrire tous les outils et méthodes de transactions financières qui font appel à un grand nombre de personnes afin de financer un projet.

Point culture générale

Historiquement, le crowdfunding est né au cours du XVIIIème siècle avec la construction de la très connue Statue de la Liberté. En effet, elle fut financée par le peuple en reconnaissance de la déclaration d’indépendance américaine. Deux siècles plus tard, le financement participatif se popularise avec l’arrivée d’internet, mais connaît un réel engouement peu avant 2010.

Aujourd’hui, l’étude publiée par Financement Participe France dévoile que le crowdfunding est en pleine apogée. En effet, en 2017, pas moins de 336 millions d’euros ont été collectés sur l’ensemble des plateformes dédiées à ce mode de financement. A qui s’adresse le crowdfunding ?

Les différentes formes de crowdfunding

Comme évoqué précédemment, la collecte de fonds levée au titre du crowdfunding a quadruplé depuis 2013. A cette époque, le montant généré était de presque 80 millions d’euros.

L’étude inclut tous les types de crowdfunding existants : pour les particuliers (financement d’un projet personnel), pour les associations (financement d’œuvres caritatives), pour les entreprises (comme le crowdfunding immobilier) etc... Il existe aujourd’hui beaucoup de plateformes dédiées à la récolte de fonds provenant de tous types d’investisseurs, Ulule, MyMajorCompagny, Fundimmo… Quelques noms pouvant faire écho pour certains.

Le profil type de l’investisseur

En termes de chiffres, l’enquête met en lumière le portrait-robot des investisseurs les plus friands du financement participatif. Les français sont 70% à affirmer en avoir entendu parler. Néanmoins, ce chiffre descend à 36% lorsqu’il s’agit du terme "crowdfunding" et même à 5% pour le crowdlending, le crowdfunding par prêt, et 3% pour le crowdequity, le crowdfunding par investissement en capital, à savoir des notions plus précises.

De façon générale, 16% des français ont déjà contribué à un projet sur une plateforme de crowdfunding, notamment des jeunes actifs (24% entre 25 et 35 ans), des cadres (30% d'entre eux) mais aussi des agriculteurs (31% d'entre eux). Les statistiques démontrent que les habitants d'Ile-de-France (20% d'entre eux) et des Pays de la Loire (21%) sont parmi les plus nombreux à avoir expérimenté le crowdfunding.

Concernant le type de financement participatif le plus favorisé par les investisseurs particuliers, l’appel au don sans contrepartie atteint 82% des participations. Alors que le financement participatif via des prêts compte pour 15% et l’investissement en capital (12%) arrive largement derrière.

Conclusion

Le sondage révèle que 96% des participants français se déclarent satisfaits de leur expérience. Et c’est une très bonne nouvelle pour l’ensemble des acteurs du marché utilisant le biais du crowdfunding pour mener à terme leurs projets. En outre, ce modèle économique de financement a une image très positive et les investisseurs se montrent en majorité enthousiastes à l’idée de réitérer l’opération. De quoi créer un contexte plus que favorable à l’impulsion du crowdfunding en France et favoriser ce mode très particulier de financement de l'économie réelle qui est aux prémices de projets hétéroclites allant du patrimoine à l'environnement en passant par l'immobilier ! Pour en savoir plus sur le mécanisme du crowdfunding immobilier, tout est dans cet article.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Anais Couraud , Conseillère en gestion de patrimoine

Après l’obtention d’un BTS Assurance en alternance à Groupama Gan Vie en tant que gestionnaire dans le Pôle Prévoyance, Anaïs ressort forte d’une première expérience dans le domaine de l’assurance de personnes. Par la suite, elle fait le choix de poursuivre ses études en Licence Professionnelle Métiers du Droit Privé à la Faculté de Bordeaux afin d’approfondir les connaissances juridiques et qu’elle a pu appréhender lors de son BTS. Grâce à ces 3 années dans le secteur de la protection de la personnes, Anaïs maitrise les différents produits assurantiels tels que la prévoyance, la santé, la retraite et l’assurance vie. Aujourd’hui, du fait de son intérêt pour les produits financiers et immobiliers, elle entreprend un Master en Gestion de Patrimoine et Marchés Immobiliers à l’INSEEC. Elle rejoint le groupe Net Investissement en 2017 à Bordeaux.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides