Immobilier à Bordeaux : légère baisse en vue

Visa expert
ANAIS COURAUD AVATAR AUTEUR
Par Anais Couraud
Le 14/11/2018

L’article « Immobilier à Bordeaux : légère baisse en vue » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Alors que Bordeaux surfait sur une vague de popularité depuis trois ans, la « belle endormie » s’essouffle en cette fin d’année 2018. Le baromètre de l’immobilier montre que les prix de la capitale girondine ont baissé d’environ 1,9% sur le dernier trimestre. Cependant, il s’agit d’un scénario logique à la suite d’une décennie de hausse. A noter que Bordeaux n’est pas la seule dans ce cas, la tendance est identique pour plus de 50% des villes de France. Le dynamisme ambiant de l’immobilier français qu’a suggéré l’année 2017 est désormais derrière nous. Néanmoins, la ville bordelaise n’a pas fini de nous surprendre au vu des projets de développement urbains qui sont encore en cours de construction. Le marché immobilier se tend dans toutes les régions de France, c’est un retour à la normale après dix année d’augmentation des prix.

Bordeaux n’a pas dit son dernier mot

Dans notre dernier article rédigé en avril, nous évoquions un phénomène logique faisant surface après des mois de hausse ininterrompue (+10% en 2017). En effet, propulsée par des améliorations urbaines et touristiques, Bordeaux a su charmer un grand nombre de français et étrangers. Cette « remise en beauté » a permit à la capitale du Sud-Ouest de rattraper presque dix années passées en dessous des prix du marché.

La baisse des prix à Bordeaux, aujourd’hui considérée comme soutenue depuis le début de l’année 2018 est un retour à la normale. A plus fortes raisons, elle est même agréablement accueillie par les professionnels de l’immobilier qui n’arrivaient plus à trouver des acquéreurs pour les biens de leurs clients. Cette tendance baissière intervient après que le prix au mètre carré ait avoisiné 4 701€ en moyenne pour certaines zones de la ville.

La bonne nouvelle pour Bordeaux Métropole, est que la ville principale a cessé de faire de l’ombre aux communes voisines. Portées par la « success story » bordelaise, les villes situées aux portes de Bordeaux ont désormais le vent en poupe. A l’instar de Mérignac, comme nous l’expliquons dans ce guide : Classement des villes où investir en 2018, Mérignac détrône Bordeaux

Des disparités entre quartiers

Les professionnels de l’immobilier sont confiants : ce léger ralentissement ne devrait pas donner suite à une chute brutale. Si à l’avenir, Bordeaux ne voit plus ses prix augmenter, ce sont les villes voisines qui bénéficient de l’effet de mode. A noter qu’il faut relativiser sur certains points. Cette baisse est calculée sur la moyenne des prix de la ville. Et pourtant, certains quartiers comme « Caudéran Barrière Judaïque » ont un prix au mètre carré d’environ 3 382€, vers « Hôtel de Ville Quinconces et Fondaudège » les prix frôlent 4 574€/m² et pour finir Le Triangle D’Or où les prix ne suivent aucun tendance de marché, certains biens sont vendus à 6 000€/m².

Conclusion

Il ne faut pas blâmer Bordeaux, cette tendance baissière est à ce jour présente dans de nombreuses grandes villes comme Lyon, Montpellier ou encore Rennes qui voient leur prix chuter de -3,2% chacune. Même si l’on ne doit plus espérer des augmentations de 50% de la valeur des biens, les grandes métropoles comme Bordeaux restent des valeurs sûres sur le marché immobilier français.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Anais Couraud , Conseillère en gestion de patrimoine

Après l’obtention d’un BTS Assurance en alternance à Groupama Gan Vie en tant que gestionnaire dans le Pôle Prévoyance, Anaïs ressort forte d’une première expérience dans le domaine de l’assurance de personnes. Par la suite, elle fait le choix de poursuivre ses études en Licence Professionnelle Métiers du Droit Privé à la Faculté de Bordeaux afin d’approfondir les connaissances juridiques et qu’elle a pu appréhender lors de son BTS. Grâce à ces 3 années dans le secteur de la protection de la personnes, Anaïs maitrise les différents produits assurantiels tels que la prévoyance, la santé, la retraite et l’assurance vie. Aujourd’hui, du fait de son intérêt pour les produits financiers et immobiliers, elle entreprend un Master en Gestion de Patrimoine et Marchés Immobiliers à l’INSEEC. Elle rejoint le groupe Net Investissement en 2017 à Bordeaux.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides