Immobilier à Paris : accalmie sur les prix

Visa expert
ANAIS COURAUD AVATAR AUTEUR
Par Anais Couraud
Le 18/05/2018

L’article « Immobilier à Paris : accalmie sur les prix » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine. Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Comme chaque mois, le moment est venu pour nous de faire un focus sur le marché immobilier. Le mois dernier, nous évoquions dans notre article sur la situation des prix à Bordeaux un léger recul des prix de l’immobilier. Quid de Paris au mois d’avril ? Le bilan se rapproche fortement de celui de Bordeaux d’après les premiers constats. En effet, les prix n'ont progressé que de 0,1% à Paris et ils ont reculé de 0,1% en petite et grande couronne et en générale en Ile-de-France. A la suite d’une période haussière de 9% sur ces 12 derniers mois, comment expliquer ce ralentissement ?

Baisse des prix à Paris : un concours de circonstance ?

En ce début de 2ème trimestre 2018, les résultats sont unanimes de la part des professionnels de l’immobilier. Les prix dans la capitale ont ralenti légèrement : -0,3% en petite couronne et -0,4% en grande couronne depuis janvier. Cela pourrait venir de la convergence de plusieurs éléments. Dans un premier temps, la courbe des prix sur le marché immobilier connait un pic (en moyenne 9 300€/m²) et se tend quelque peu. Les biens sont proposés à des prix très élevés et ont du mal à trouver acquéreur. A fortiori, le marché serait comme « en pause ». Les propriétaires souhaitant changer de foyer veulent avant tout sécuriser leur achat avant de vendre leur bien. Ne trouvant pas ce qu'ils cherchent, la vente attend et le marché se met en suspens.

De plus, malgré les conditions très attractives pour obtenir un crédit (environ 1,70% sur 20 ans et pouvant aller jusqu’à 1,25% pour les meilleurs dossiers), le nombre de cessions immobiliers a aussi reculé. Au vu des chiffres du mois de février 2018, le volume annuel de transactions est en léger recul, à 965 000 ventes sur les douze mois glissants, soit 5 000 de moins qu’un mois plus tôt. Cette baisse étant due notamment à l’accroissement du nombre de professionnels de l’immobilier. Cette augmentation de la concurrence dans l’obtention des mandats est venue biaiser l’expertise du marché immobilier. En effet, certains professionnels ont parfois tendance à surestimer la valeur du bien dans le but de remporter le mandat. Et cela vient parfois engendrer de mauvaises surprises pour les propriétaires qui voient finalement leur bien stagner sur le marché, voire se vendre moins cher.

Les dernières raisons également responsables d’un marché immobilier en arrêt, sont d’ordre exogènes. Si bien qu’il s’agit des perturbations sur le trafic ferroviaire de l’ensemble du territoire et des intempéries. En conséquence, les acheteurs potentiels se sont bien moins déplacés pour visiter les biens en Ile-de-France entrainant une « baisse » de la demande.

Conclusion

Une fois de plus, il est important de se rappeler que pour noter une tendance baissière certaine, il faut se baser sur du long terme et non seulement sur la base d’un trimestre. En effet, dans d’autres villes de France comme Rennes (+1,1%) ou Lyon (+0,9%), les prix ont continué de progresser. En d’autres termes, aujourd’hui, pour bénéficier de tous les atouts nécessaires pour réaliser une vente dans les meilleures conditions, il est important de passer par l’intermédiaire d’un courtier, professionnel de l’immobilier et du financement.

Je m'inscris

À propos de l'auteur

Anais Couraud , Conseillère en gestion de patrimoine

Après l’obtention d’un BTS Assurance en alternance à Groupama Gan Vie en tant que gestionnaire dans le Pôle Prévoyance, Anaïs ressort forte d’une première expérience dans le domaine de l’assurance de personnes. Par la suite, elle fait le choix de poursuivre ses études en Licence Professionnelle Métiers du Droit Privé à la Faculté de Bordeaux afin d’approfondir les connaissances juridiques et qu’elle a pu appréhender lors de son BTS. Grâce à ces 3 années dans le secteur de la protection de la personnes, Anaïs maitrise les différents produits assurantiels tels que la prévoyance, la santé, la retraite et l’assurance vie. Aujourd’hui, du fait de son intérêt pour les produits financiers et immobiliers, elle entreprend un Master en Gestion de Patrimoine et Marchés Immobiliers à l’INSEEC. Elle rejoint le groupe Net Investissement en 2017 à Bordeaux.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides