Immobilier : baisse des prix à Paris

Visa expert

L’article « Immobilier : baisse des prix à Paris » a été rédigé par un professionnel expérimenté en gestion de patrimoine.
Netinvestissement apporte une attention toute particulière à la qualité, l’exactitude et l’objectivité des conseils prodigués.

Par Stéphane van Huffel - le 11/03/2013

D'après la dernière étude de la Chambre des notaires, les prix de l'immobilier dans l'ancien ont reculé de 2% au 4ème trimestre 2012 dans la capitale. Cette tendance à la baisse, induite par une importante réduction du volume des ventes d'appartements, semble se confirmer pour 2013.

decroissance

Baisse du volume de transactions

Des acquéreurs attentistes, des vendeurs qui ne sont pas décidés à réduire leurs prétentions, voici les raisons de cette baisse des prix de l'ancien à Paris. Cette crispation du marché a entraîné une chute des ventes de logements (anciens et neufs) de 13% par rapport à 2011 et de 18% par rapport à la période faste (1999 à 2007) où environ 185 000 ventes par an étaient réalisées à Paris et en Île de France.


Le marché parisien a connu un réel coup de frein au dernier trimestre 2012 avec une chute de 21% des ventes dans l'ancien. L'Île de France est touchée dans son ensemble avec un recul de 9% sur la même période en Petite Couronne et 6% en Grande Couronne. Sur l'ensemble de l'année passée, 27 690 appartements se sont vendus à Paris, soit un volume à peine plus élevé qu'en 2009 (26 540), année la plus faible depuis 1996. A titre de comparaison, entre 2000 et 2010, 36 700 appartements se sont vendus en moyenne chaque année dans la capitale.

Recul des prix

Cette contraction du marché a finalement débouché sur un recul des prix parisiens au dernier trimestre 2012 avec un prix au m² de 8 270€ contre 8 440€ en 2011 (prix record à Paris). Plusieurs explications sont apportées par les notaires pour justifier cette baisse:

  • le durcissement des conditions d'obtention des prêts bancaire
  • le durcissement de la fiscalité sur les plus-values pour les investisseurs
  • le climat économique anxiogène


Dans ces conditions, il semble que cette tendance baissière se poursuive dans les prochains mois.

Les évolutions de prix en détail

Excepté le 2ème, tous les arrondissements parisiens sont touchés par la régression des prix. La plus forte baisse trimestrielle est constatée dans le 6ème arrondissement (-5,6% en 3 mois) même s'il fait encore partie des 8 arrondissements dépassant toujours la barre symbolique de 10 000€/m². Les principaux reculs sur un an concernent le 7ème (-4,8%, 11 740€/m²), le 20ème (-4%, 6 900€/m²) et le 16ème (-3,8%, 9 550€/m²) alors que les plus fortes hausses sont enregistrées dans le 10ème (+ 5,2%, 7 720€/m²) et le 8ème (+2,5%, 10 560€/m²).


Globalement, les prix parisiens varient de 6 220€/m² dans les quartiers de la Goutte d'Or et de la Chapelle (18ème) et 14 730€/m² dans le quartier de la Monnaie (6ème).


Sur la Petite et le Grande Couronne, les prix sont assez stables (-0,4% et -0,1% sur 1 an), mais si on regarde en détail l'évolution sur la proche banlieue, on constate que l'évolution des prix est très inégale avec par exemple, un recul de 10,1% à Montreuil et une progression de 2% à Asnières.

Conclusion

Au 4ème trimestre, il fallait compter 306 500€ pour réaliser l'acquisition d'une maison francilienne soit 2 900€ de moins (-0,9%) qu'au trimestre précédant. Cette baisse attendue par de nombreux primo accédants est encore faible, et certains experts estiment que sans une baisse significative d'au minimum 10%, le marché pourrait se figer.

À propos de l'auteur

Stéphane van Huffel , Conseiller en gestion de patrimoine associé

Stéphane van Huffel débute sa carrière au sein de la branche d’investissement immobilier d'un grand promoteur français dans les fonctions opérationnelles et commerciales. Il évolue ensuite, toujours au sein du même groupe, vers un poste d'encadrement puis de directeur régional où il est chargé d'animer et d'encadrer cinq cabinets en France. Son expérience confirmée de la fiscalité et de l'immobilier l'amène à créer son propre cabinet : Wast and Van en 2005. Il devient ensuite Directeur Général du Groupe Wast&Van et co-fondateur de netinvestissement.fr.

Découvrir son profil

Sur le même sujet

Voir tous nos articles

Nos articles les plus lus

Voir tous nos guides